Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2018

le nombre des fidèles s’augmente prodigieusement ; il nous faut surtout de saintes femmes

... affirment sans rire les juges (têtes à claques) qui ont condamné à la bastonnade deux jeunes femmes homosexuelles : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/09/03/97001-20180903FILWWW00030-deux-malaisiennes-condamnees-pour-homosexualite-recoivent-des-coups-de-baton.php

On ne dira jamais assez haut combien est belle la Charia de l'ami Mohammed qui , comme tous les religieux de toutes confessions, était fort au courant de pratiques sexuelles à réprimer, bien qu'elles existent depuis la nuit des temps et ne nuisent ni à dieu (s'il existe) ni aux hommes .

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

Mon cher frère, il ne s’agit pas aujourd’hui d’affaires temporelles. Je vous confie que madame la duchesse d’Anville 1 a emporté une demi-douzaine d’exemplaires des oeuvres pies 2. Une autre personne en emporte une demi-douzaine ; le nombre des fidèles s’augmente prodigieusement ; il nous faut surtout de saintes femmes. Vous devez avoir quelques exemplaires dont vous n’aurez pas encore disposé . Je vous demande en grâce d’envoyer ceux-ci par la petite poste, mais surtout sans les contre-signer. Envoyez-en des vôtres à mademoiselle Clairon ; il est juste qu’elle possède les anathèmes lancés contre ceux qui l’anathématisent. Mon cher frère, je compte sur votre zèle : je m’imagine que frère Platon a été bien content du caloyer . Ce caloyer fait beaucoup d’effet, et j’en bénis Dieu.

Ecr. l’inf.

7è septembre [1763]3

Mandez-moi, je vous prie, si vous avez reçu ce paquet, et si vous en avez fait l’usage que je vous supplie d’en faire. Dieu vous ait en aide, mon très cher frère . »

1 Les registres du Conseil de Genève ne gardent pas trace du séjour de la duchesse, mais son fils est mentionné dans les minutes du 28 juin 1763, quand on décide de le complimenter « sur son arrivée et sur son mariage célébré l'année dernière depuis son départ de Genève ». Louis-Alexandre, duc de La Rochefoucauld et de La Roche-Guyon avait épousé Louise-Pauline de Grand de Mérode de Montmorency le 7 décembre 1762 .

2 Telles que le Catéchisme de l’honnête homme .

3 L'édition Lettres inédites intervertit les dates de cette lettre et de la suivante .