Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2016

Je souhaite que vous ayez des confesseurs, et point de martyrs, c'est une façon fort ridicule d'aller au ciel par une échelle

... Rien de nouveau sous le soleil !

Afficher l'image d'origine

 Grands faits ! ah oui ! effectivement grands faits, se faire couper la tête, quel mérite ! j'en connais plus d'un qui s'en serait dispensé et même aurait inversé l'ordre des faits . Martyrs ! la belle affaire , régime perdant-perdant à coup sur .

 Seuls gagnants, les chefs religieux qui vivent de la crédulité de leurs ouailles en leur faisant miroiter un avenir radieux en qualité ( par défaut ! ) de martyrs .

- Inch Allah !

- Mektoub !

 

 

 

« A Jean Ribote-Charron etc.

à Montauban 1

J'ai écrit à M. le maréchal de Richelieu, comme vous le désirez, monsieur . Je crois que s'il n'y a point eu de procès-verbal, l'affaire peut s'accommoder . Il laisse la plus honnête liberté, mais il ne veut pas qu'on en abuse . Je souhaite que vous ayez des confesseurs, et point de martyrs, c'est une façon fort ridicule d'aller au ciel par une échelle 2.

J'ai l'honneur d'être, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire

gentilhomme ordinaire de la chambre du roi.

Au château de Ferney en Bourgogne par Genève

5è octobre 1761 . »

1 Une main étrangère a ajouté sur le manuscrit l'adresse de Ribote : « Chez M. Mantel et Delfau en foire / Bordeaux » et « débourser de Montauban » . La lettre contenant la requête de Ribote ne nous est pas parvenue , mais on connait celle qu'il adressa à Rousseau le 30 septembre 1761 ; ce dernier refusa d'intervenir . On a ici un des premiers épisodes concernant les relations de Voltaire avec les protestants du Midi ; voir le Pot-Pourri, chapitre VI et la notice de ce conte : voir : http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-101503&M=tdm.

Voir : https://books.google.fr/books?id=9lNYCgAAQBAJ&pg=PT1010&lpg=PT1010&dq=jean+ribote-charron&source=bl&ots=5r1jrr-xfD&sig=Tm0xIb2SgYOK0LkL8VnmrD93ZUg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjt55S7rpHPAhVItxoKHXO3BwcQ6AEIJTAA#v=onepage&q=jean%20ribote-charron&f=false

Voir aussi : https://books.google.fr/books?id=vixxCwAAQBAJ&pg=PT83&lpg=PT83&dq=jean+ribote-charron&source=bl&ots=vTfuFtCmVt&sig=VsZfdFmVGLMrKXsJF32yGZwlqfM&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjm06PZr5HPAhVHvRoKHU-IC5EQ6AEIMjAD#v=onepage&q=jean%20ribote-charron&f=false

D'autre part, le même jour à minuit, Charlotte Constant de Rebecque écrivait à son mari : « Voltaire a reçu des reliques qui lui ont été envoyées par le pape pour son église, en attendant elles sont éparses sur la cheminée ; je compte aller à Ferney jeudi matin avec M. d'Albertas . On y joue Mérope lundi ; M. de Lauraguais est parti […]. » Le 28 septembre, Choiseul avait écrit à V* : « Le proverbe a raison qui mange chapon, chapon lui vient ; voilà ce que c'est que d'avoir de la foi . Notre très saint-père, acquiesçant à notre humble prière, m'a adressé cette relique pour votre église, avec l'authentique nécessaire pour que l'on ne puisse pas douter de la sainteté de l'ossement qui doit être mis dans votre cathédrale et de la vénération qui lui est due par les fidèles de votre paroisse ; confiez ce dépôt précieux à votre curé, brûlez ma lettre, je vous prie, et continuez d'aimer votre serviteur . »

2 L'échelle du gibet .

 

Écrire un commentaire