30/10/2014

Peut-être demain saura-t-on la nouvelle de quelque boucherie

... Halal hallali ?

Quelque soit le boucher ...

 Faut qu'ça saigne !

http://www.youtube.com/watch?v=nNvyjJUgKss

 

parteret.jpg

 

 

« A Jean-Robert Tronchin

Mon cher monsieur, comme probablement ma lettre 1 ne trouverait pas M. de Chauvelin à Paris trouvez bon que je vous l'adresse . Il doit être à Lyon le 21 . S'il y avait quelque changement vous la lui feriez tenir à Paris . Il n'y a rien de nouveau du moins aujourd'hui . Peut-être demain saura-t-on la nouvelle de quelque boucherie .

Votre humble serviteur .

V. 

Aux Délices 14 [octobre 1759] au soir .»

 

Je suis un grand babillard, monsieur ; mais il est si doux de s'entretenir avec vous des sottises du genre humain, et de vous ouvrir son cœur

... Sur le dernier point je suis plus réservé .

 

bebe_babille.png

 

 

« A Bernard-Louis Chauvelin

[14 octobre 1759 ?]1

Pour me dépiquer des malheurs publics et des miens propres ( car je navigue malheureusement dans la barque) je me suis mis à jouer force tragédies et nous gardons des rôles pour madame l'ambassadrice ; nous jouâmes Fanime ces jours passés . La scène est à Saïd, petit port de Syrie . Nous eûmes pour spectateur un arabe qui est de Saïd même 2, qui sait sept ou huit langues, qui parle très bien français, et qui eut beaucoup de plaisir . Savez-vous bien que j'ai eu un autre arabe ? C'est l'abbé d'Espagnac . Pourquoi faut-il qu'un homme coriace soit si aimable? vivent les gens faciles en affaire . La vie est trop courte pour chipoter .

Vous connaissez la belle lettre de Luc où il parle si courtoisement de M. le duc de Choiseul 3. J'ai bien peur que mes Russes n'aient pris aussi une lettre qu'il m'adressait . Cet homme ne ménage pas plus les termes que ses troupes . Il perdra ses États pour avoir fait des épigrammes . Ce sera du moins une aventure unique dans les chroniques de ce monde .

Je suis un grand babillard, monsieur ; mais il est si doux de s'entretenir avec vous des sottises du genre humain, et de vous ouvrir son cœur ; je compte si fort sur vos bontés que je me suis laissé aller . Conservez-moi et madame l'ambassadrice un peu de souvenir et de bienveillance . Je vous avertis que Mme Denis est devenue très digne de jouer les seconds rôles avec Mme de Chauvelin . L'oncle et le nièce sont à ses pieds . Je vous présente mon tendre respect dans la foule de ceux qui vous aiment . »

1 L'édition Kehl a la suite de la copie Beaumarchais et comme les autres éditions amalgame cette lettre à celle du 3 novembre 1760 . il semble que c'est de cette lettre dont il est question dans la lettre du 12 octobre à Jean-Robert Tronchin et Ami Camp ( http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2014/10/28/je-ne-suis-pas-le-chien-du-jardinier-5477946.html

) . On a ici la première lettre conservée parmi celles que V* adressa à Bernard-louis Chauvelin, frère de Louis-Germain, Henri-Philippe et Jacques-Bernard . Un billet no daté du duc de Choiseul à Chauvelin doit remonter à l'époque de la présente lettre : « Il faut que M. Chauvelin passe par Genève, et attende l'arrivée de la pièce pour juger si le seigneur châtelain tient tout ce qu'il promet ; j'en doute, si tant est que l'on puisse douter d'après l'auteur . »

Il y a un léger doute sur les prénoms du destinataire : selon le recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France, 1713, il se nommait François-Claude, connu comme chevalier et appelé marquis à partir de 1758 ; le Dictionnaire de biographie française, 1758, confirme et ajoute « alias Bernard-Louis ».

3 Peut-être l'ironique lettre du 2 juillet 1759 (voir page 135 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6514333b/f147.image.r=frederic.langFR ), bien que Choiseul n'y soit pas nommé, ou plutôt une autre lettre bien postérieure qui ne nous serait pas parvenue .

 

29/10/2014

que j'aime les gens qui disent ce qu'ils pensent ! C'est ne vivre qu'à demi que de n'oser penser qu'à demi.

... Que dire de mieux ?

 Les "frondeurs" du PS vivent-ils pleinement et les fidèles/séides à moitié ? ou inversement ? qui le sait ? Pas moi !

 A noter que ni les uns ni les autres ne risquent leur peau dans cet affrontement clochemerlesque .

 http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/martine-aubry-et-les-frondeurs-du-parti-socialiste/

frondeurs-martine-aubry-deligne.jpg

 

« A Marie de Vichy de Chamrond, marquise du DEFFAND
Aux Délices, 13 octobre [1759].
Il est bien triste, madame, pour un homme qui vit avec vous, d'être un peu sourd 1; je vous plains moins d'être aveugle. Voilà le procès des aveugles et des sourds décidé. Certainement c'est celui qui ne vous entend point qui est le plus malheureux.
Je n'écris à Paris qu'à vous, madame, parce que votre imagination a toujours été selon mon cœur ; mais je ne vous passe point de vouloir me faire lire les romans anglais quand vous ne voulez pas lire l'Ancien Testament 2. Dites-moi donc, s'il vous plaît, où vous trouvez une histoire plus intéressante que celle de Joseph devenu contrôleur général en Égypte, et reconnaissant ses frères. Comptez-vous pour rien Daniel, qui confond si finement les deux vieillards ? Quoique Tobie ne soit pas si bon, cependant cela me paraît meilleur que Tom Jones 3, dans lequel il n'y a rien de passable que le caractère d'un barbier.
Vous me demandez ce que vous devez lire, comme les malades demandent ce qu'ils doivent manger ; mais il faut avoir de l'appétit, et vous avez peu d'appétit avec beaucoup de goût 4.
Heureux qui a assez faim pour dévorer l'Ancien Testament! Ne vous en moquez point ; ce livre fait cent fois mieux connaître qu'Homère les mœurs de l'ancienne Asie ; c'est, de tous les monuments antiques, le plus précieux. Y a-t-il rien de plus digne d'attention qu'un peuple entier situé entre Babylone, Tyr et l'Égypte, qui ignore pendant six cents ans le dogme de l'immortalité de l'âme, reçu à Memphis, à Babylone et à Tyr? Quand on lit pour s'instruire, on voit tout ce qui a échappé lorsqu'on ne lisait qu'avec les yeux.
Mais vous, qui ne vous souciez pas de l'histoire de votre pays 5, quel plaisir prendrez-vous à celle des Juifs, de l'Égypte et de Babylone? J'aime les mœurs des patriarches, non parce qu'ils couchaient tous avec leurs servantes, mais parce qu'ils cultivaient la terre comme moi. Laissez-moi lire l'Écriture sainte, et n'en parlons plus.
Mais vous, madame, prétendez-vous lire comme on fait la conversation ? prendre un livre comme on demande des nouvelles? le lire et le laisser là ? en prendre un autre qui n'a aucun rapport avec le premier, et le quitter pour un troisième ? En ce cas, vous n'avez pas grand plaisir. Pour avoir du plaisir, il faut un peu de passion ; il faut un grand objet qui intéresse, une envie de s'instruire déterminée, qui occupe l'âme continuellement : cela est difficile à trouver, et ne se donne point. Vous êtes dégoûtée; vous voulez seulement vous amuser, je le vois bien ; et les amusements sont encore assez rares.
Si vous étiez assez heureuse pour savoir l'italien, vous seriez sûre d'un bon mois de plaisir avec l'Arioste 6. Vous vous pâmeriez de joie ; vous verriez la poésie la plus élégante et la plus facile, qui orne, sans effort, la plus féconde imagination dont la nature ait jamais fait présent à aucun homme. Tout roman devient insipide auprès de l'Arioste; tout est plat devant lui, et surtout la traduction de notre Mirabaud . Si vous êtes une honnête personne, madame, comme je l'ai toujours cru, j'aurai l'honneur de vous envoyer un chant ou deux de la Pucelle, que personne ne connaît, et dans lequel l'auteur a tâché d'imiter, quoique très-faiblement, la manière naïve et le pinceau facile de ce grand homme. Je n'en approche point du tout ; mais j'ai donné au moins une légère idée de cette école de peinture. Il faut que votre ami 7 soit votre lecteur, et ce sera un quart d'heure d'amusement pour vous deux, et c'est beaucoup. Vous lirez cela quand vous n'aurez rien à faire du tout, quand votre âme aura besoin de bagatelles : car point de plaisir sans besoin.
Si vous aimez un tableau très-fidèle de ce vilain monde, vous en trouverez un quelque jour dans l'Histoire générale des sottises du genre humain (que j'ai achevé très-impartialement). J'avais donné, par dépit, l'esquisse de cette histoire, parce qu'on en avait imprimé déjà quelques fragments; mais je suis devenu depuis plus hardi que je n'étais; j'ai peint les hommes comme ils sont. La demi-liberté avec laquelle on commence à écrire en France n'est encore qu'une chaîne honteuse. Toutes vos grandes Histoires de France sont diaboliques, non-seulement parce que le fond en est horriblement sec et petit, mais parce que les Daniel sont plus petits encore. C'est un bien plat préjugé de prétendre que la France ait été quelque chose dans le monde, depuis Raoul 8 et Eudes 9 jusqu'à la personne de Henri IV et au grand siècle de Louis XIV. Nous avons été de sots barbares, en comparaison des Italiens, dans la carrière de tous les arts.
Nous n'avons même que depuis trente ans appris un peu de bonne philosophie des Anglais. Il n'y a aucune invention qui vienne de nous. Les Espagnols ont conquis un nouveau monde; les Portugais ont trouvé le chemin des Indes par les mers d'Afrique ; les Arabes et les Turcs ont fondé les plus puissants empires; mon ami le czar Pierre a créé, en vingt ans, un empire de deux mille lieues ; les Scythes de mon impératrice Élisabeth viennent de battre mon roi de Prusse, tandis que nos armées sont chassées par les paysans de Zell et de Wolfenbuttel.
Nous avons eu l'esprit de nous établir en Canada, sur des neiges, entre des ours et des castors, après que les Anglais ont peuplé de leurs florissantes colonies quatre cents lieues du plus beau pays de la terre; et on nous chasse encore de notre Canada.
Nous bâtissons encore de temps en temps quelques vaisseaux pour les Anglais, mais nous les bâtissons mal; et, quand ils daignent les prendre, ils se plaignent que nous ne leur donnons que de mauvais voiliers.
Jugez, après cela, si l'histoire de France est un beau morceau à traiter amplement, et à lire !
Ce qui fait le grand mérite de la France, son seul mérite, son unique supériorité, c'est un petit nombre de génies sublimes ou aimables, qui font qu'on parle aujourd'hui français à Vienne, Stockholm et Moscou. Vos ministres, vos intendants, et vos premiers commis, n'ont aucune part à cette gloire.
Que lirez-vous donc, madame? Le duc d'Orléans régent daigna un jour causer avec moi au bal de l'Opéra ; il me fit un grand éloge de Rabelais, et je le pris pour un prince de mauvaise compagnie, qui avait le goût gâté. J'avais alors un souverain mépris pour Rabelais 10. Je l'ai repris depuis, et, comme j'ai plus approfondi toutes les choses dont il se moque, j'avoue qu'aux bassesses près, dont il est trop rempli, une bonne partie de son livre m'a fait un plaisir extrême. Si vous en voulez faire une étude sérieuse, il ne tiendra qu'à vous ; mais j'ai peur que vous ne soyez pas assez savante, et que vous ne soyez trop délicate.

Je voudrais que quelqu'un eût élagué en français les Œuvres philosophiques de feu milord Bolingbroke 11. C'est un prolixe personnage, et sans aucune méthode ; mais on en pourrait faire un ouvrage bien terrible pour les préjugés, et bien utile pour la raison. Il y a un autre Anglais qui vaut bien mieux que lui : c'est Humes 12 dont on a traduit quelque chose avec trop de réserve. Nous traduisons les Anglais aussi mal que nous nous battons contre eux sur mer.
Plût à Dieu, madame, pour le bien que je vous veux, qu'on eût pu au moins copier fidèlement le Conte du Tonneau 13, du doyen Swift! C'est un trésor de plaisanteries dont il n'y a point d'idée ailleurs. Pascal n'amuse qu'aux dépens des jésuites; Swift divertit et instruit aux dépens du genre humain. Que j'aime la hardiesse anglaise! que j'aime les gens qui disent ce qu'ils pensent ! C'est ne vivre qu'à demi que de n'oser penser qu'à demi.
Avez-vous jamais lu, madame, la faible traduction du faible Anti-Lucrèce 14 du cardinal de Polignac? Il m'en avait autrefois lu vingt vers qui me parurent fort beaux ; l'abbé de Rothelin m'assura que tout le reste était bien au-dessus. Je pris le cardinal de Polignac pour un ancien Romaine et pour un homme supérieur à Virgile 15; mais, quand son poème fut imprimé, je le pris pour ce qu'il est : poème sans poésie, et philosophie sans raison.
Indépendamment des tableaux admirables qui se trouvent dans Lucrèce, et qui feront passer son livre à la dernière postérité, il y a un troisième chant dont les raisonnements n'ont jamais été éclaircis par les traducteurs, et qui méritent bien d'être mis dans leur jour. Nous n'en avons qu'une mauvaise traduction par un baron des Coutures 16. Je mettrai, si je vis, ce troisième chant en vers, ou je ne pourrait 17. En attendant, seriez-vous assez hardie pour vous faire lire seulement quarante où cinquante pages de ce des Coutures? Par exemple, livre III, page 281, tome 1er, à commencer par les mots on ne s'aperçoit point 18, il y a en marge, XIIe argument. Examinez ce XIIe argument jusqu'au XXVIIe, avec un peu d'attention, si la chose vous paraît en valoir la peine 19. Nous avons tous un procès avec la nature, qui sera terminé dans peu de temps; et presque personne n'examine les pièces de ce grand procès. Je ne vous demande que la lecture de cinquante pages de ce troisième livre; c'est le plus beau préservatif contre les sottes idées du vulgaire; c'est le plus ferme rempart contre la misérable superstition. Et, quand on songe que les trois quarts du sénat romain, à commencer par César, pensaient comme Lucrèce, il faut avouer que nous sommes de grands polissons 20, à commencer par Joly de Fleury.
Vous me demandez ce que je pense, madame ; je pense que nous sommes bien méprisables, et qu'il n'y a qu'un petit nombre d'hommes répandus sur la terre qui osent avoir le sens commun; je pense que vous êtes de ce petit nombre. Mais à quoi cela sert- il ? A rien du tout. Lisez la parabole du Bramin 21, que j'ai eu l'honneur de vous envoyer; et je vous exhorte à jouir, autant que vous le pourrez, de la vie, qui est peu de chose, sans craindre la mort, qui n'est rien.
Comme vous n'avez guère que des rentes viagères, l'ennuyeux ouvrage 22 dont vous me parlez tombe moins sur vous que sur un autre. Sauve qui peut! Demandez à votre ami si, en 1708 et en 1709, on n'était pas cent fois plus mal; ces souvenirs consolent.
La première scène de la pièce de Silhouette a été bien applaudie, le reste est sifflé 23; mais il se peut très-bien que le parterre ait tort. Il est clair qu'il faut de l'argent pour se défendre, puisque les Anglais se ruinent pour nous attaquer.
Ma lettre est devenue un livre, et un mauvais livre 24; jetez-la au feu, et vivez heureuse, autant que la pauvre machine humaine le comporte. »

1 « Le président [Hénault] se porte assez bien, mais il devient sourd , ce qui,joint avec l'âge qui avance le rend souvent triste ; il est cependant encore quelquefois assez gai, et alors il est cent fois de meilleure compagnie que ce qu'on appelle aujourd’hui la bonne compagnie » écrit la marquise à V* le 1er octobre 1759, à laquelle répond ici V*.

2 « Lire l'Ancien testament ! C'est donc parce qu'on n'aura plus le moyen de faire le sien ; non, monsieur je ne ferai point cette lecture ; je m'en tiendrai au respect qu'elle mérite et auquel il n'y a plus rien à ajouter […] vous n'avez point lu les romans anglais, vous ne les mépriseriez pas si vous les connaissiez . Ils sont trop longs je l'avoue et vous faites un meilleur emploi du temps . La morale y est en action et n'a jamais été traitée d'une manière plus intéressante . » ibid.

3 De Fielding, traduit par La Place sous le titre d'Histoire de Tom Jones, 1750 ; V* omet de dire ce que Fielding doit à un écrivain tel Marivaux .

4 « Savez-vous que je vous trouve encore bien jeune, rien n'est usé pour vous […] il y a quelques années que j'eus des vapeurs affreuses, et dont le souvenir me donne encore des terreurs ; rien ne pouvait me trier du néant où mon âme était plongée que la lecture de vos ouvrages . » ibid .

5 « J'ai beaucoup lu d'histoires mais elles sont épuisées ; je n'ai point lu les de Thou, les Daniel, les Griffet, je crois tout cela ennuyeux, je n'aime point à sentir que l'auteur que je lis songe à faire un livre . Je veux imaginer qu'il cause avec moi . Sans la facilité tout ouvrage m'ennuie à la mort . » ibid .

6 Roland furieux, poème traduit de l'Arioste par Jean-Baptiste Mirabaud , mort en 1760 à quatre-vingt-cinq ans, a paru, pour la première fois, en 1741, quatre volumes in-12. C'est une nouvelle référence et notons l'insistance sur l'Arioste .

7 Le président Hénault.

8 Raoul, roi des Francs et duc de Bourgogne, mort en 936 .

9 Eudes, duc d’Aquitaine, mort vers 736, ou alors Eudes, roi des Francs mort en 898 .

10 V* a vu en lui « un philosophe ivre » .Voyez la lettre à Mme du Deffant, du 12 avril 1760, page 350 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6514333b/f363

11 Plusieurs traductions d’œuvres particulières de Bolingbroke ont été déjà signalées mais il n'y a jamais eu de traduction française de l'ensemble de son œuvre, ni édition critique d'aucune de ses œuvres philosophiques .

12 V* fait sans doute allusion aux Œuvres philosophiques de M. D. Hume (traduites par Hans Bernhardt Merian et Jean-Baptiste Robinet) en cinq volumes, 1758_1760 .

Jean-Bernard Mérian avait publié, en 1758, l'Essai philosophique sur l'entendement humain, et, en 1759, il mit au jour l'Histoire naturelle de la religion, ouvrages traduits par lui de l'anglais de Hume.

13 A tale of a tub avait été traduit par Just van Effen sous le titre : Le Conte du tonneau, 1721 .

Voir aussi allusion page 206 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k411342c/f209.image....

14 Anti-Lucrèce, 1747, du cardinal de Polignac .Par J.-P. de Bougainville, 1749.

15 Voir le début du Temple du Goût, 1733 : « … Ce cardinal qui sur un nouveau ton / En vers latins fait parler la sagesse / Réunissant Virgile avec Platon, / Vengeur du ciel, et vainqueur de Lucrèce ... »

16 De la nature des choses ,[,,,] , Traduction nouvelle de Jacques Parrain, baron des Coutures, 1685, etc. Mais les six livres de Lucrèce avaient été précédemment traduits en français par Michel de Marolles .

La traduction de La Grange n'avait pas encore paru; voyez tome XVIII
page 374. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k411334s/f377.image.r=oeuvres%20compl%C3%A8tes%20de%20voltaire%20%2018.langFR

17 V* ne put exécuter ce projet .

18 De natura rerum, livre III, v. 607 ; V* se réfère à l'édition De l'origine de la nature de toutes choses, 1742 .

19 Le passage de la traduction par des Coutures, auquel Voltaire renvoie; commence, dans la traduction de La Grange, par ces mots : « D'ailleurs un mourant ne sent pas, » etc.; et, dans le texte, par ce vers, qui est le 606e du livre III:
Nec sibi enim quisquam moriens sentire videtur.

20 Le passage que V* invite Mme du Deffand à lire porte sur la nature matérielle de l'âme, son union avec le corps et son caractère mortel. Il ne faut d'ailleurs pas déduire des lignes qu'on lit ici que la pensée de V* sur ces problèmes se réduise entièrement à celle de Lucrèce . L'Histoire de Jenni notamment défend la thèse de la rémunération et par conséquent celle de l'immortalité de l'âme . Voir à ce sujet : La religion de Voltaire, de René Pomeau, et l’Histoire de Jenni , de V*.

22 Mme du Deffand parlait de : « … dix ou douze édits qui font bien trois quarts d'heure de lecture », principalement destinés à trouver de l'argent par l'émission de 72 000 actions de mille francs chacune sur les Fermes générales .

23 Le 4 octobre 1759, Thieriot écrit : «  M. Silhouette a perdu à la fois son crédit et sa réputation . Il n'a pas su faire valoir cette belle et heureuse opération des actions des fermes qui lui fournissaient 144 millions à la fois [,,,] Il pouvait débarrasser en même temps l’État de 40 millions des autres papiers en les faisant placer en contrats sur les États de Bretagne à cinq pour cent . Il paraît au contraire par les édits qu'on ne peut pas avoir moins d'habileté et de ressources [,,,] Les millions des fermes, quoiqu'on en paye les six premiers mois perdent plus de dix pour cent . Les compagnies sur lesquelles il se fondait pour l'exécution des édits lui manquent . Il a été contraint de donner déjà des arrêts du conseil pour continuer les choses comme elles étaient jusqu'au premier janvier . Les parlements des provinces n'admettront point les édits . Il faut des moyens plus faciles [,,,] on est disposé à donner, il ne s'agit que de rétablir le crédit, et c'est ce qu'on n'attend point d'un homme qui n'a pas su le maintenir . »

24 Mais elle a été pensée au goût de la marquise : « [,,, ] laissez-là les sots et leurs opinions, livrez-vous à vos talents, traitez des sujets agréables ou intéressants ; vos voyages, vos séjours, vos observations, vos réflexions sur les mœurs, les usages, les portraits de personnages que vous avez vus ; voilà ce qui me ferait grand plaisir . Vos jugements sur les ouvrages seraient surtout ce qui me plairait infiniment, parce que je sens et pense tout comme vous . » disait elle le 1er octobre 1759 .

 

 

28/10/2014

Vous voyez que j'ajouterai au magot au lieu d'en ôter

...Parole de parlementaire/parle-menteur européen

http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/budget-europeen-bruxelles-satisfaite-de-la-france-et-de-l-italie-591959

Rendez-vous en fin 2015 happy tax payers !

 magot des dalton.jpeg

 

« A Jean-Robert Tronchin

Seconde lettre du 12 [octobre 1759]

C'est pour vous dire, mon cher correspondant, qu'ayant visité ma caisse et mes billets j'ai la hardiesse de vous envoyer 14 062 livres 10 sols au lieu de la faiblesse de vous demander 12 000 livres . Vous voyez que j'ajouterai au magot au lieu d'en ôter .

Quoique Luc ait frotté quelques Croates il ne peut se tirer d'affaire que par des miracles, par quelque Rosbac 1. Mais on ne rosbacque point les Russes . Ces gens-là se croiraient damnés s'ils reculaient . Ils se battent par dévotion .

Bonjour mon cher ami . »

1 Frédéric II à force d'habileté manœuvrière commençais déjà à forcer les Russes à la retraite ; Soltikof dut entamer celle-ci le 24 octobre et ne s'arrêta pas avant la frontière russe .

 

 

Je ne suis pas le chien du jardinier

... mais je vous ai à l'oeil !

 DSCF7629chien du jardinier.png

 

 

« A Jean-Robert Tronchin

et

Ami Camp

à Lyon

Aux Délices 12 octobre [1759]

Nous sommes, oncle et nièce, aussi honteux que reconnaissants . Nous remercions nos deux amis de Lyon, les deux protecteurs de nos plaisirs . Trois aunes d'étoffe tout comme il leur plaira . Tout est bon hors ce qui serait trop jeune . Fond cramoisi sera très convenable, à cause de satin cramoisi . Ma face ne l'est pas, mais il est bon que l’étoffe le soit . Tout sera reçu vous dis-je, avec actions de grâces . Tout peut être confié par la poste grâce aux bontés de M. Tabareau 1 et de M. Gallatin 2 .

Je me suis fait moi-même un casque , une cuirasse, mais si monsieur Camp a déjà eu la bonté de commander l'un et l'autre, ils seront encore bien reçus et arriveront par le messager quand ils pourront . Nulle difficulté jamais ni en plaisirs ni en affaires .

Si la personne qui voulait faire remettre à Turin douze mille livres de France aime mieux les recevoir de moi, je les donnerai encore de ma poche, car j'ai de quoi aller fièrement jusqu'au mois de janvier malgré les frais du palais de Ferney et de la masure de Tournay et du théâtre de Polichinelle .

Je ne suis pas le chien du jardinier 3. Tout vin de liqueur me fait mal aux yeux . Je n'en bois plus ; mais je veux bien que les autres en boivent . Nous en donnons pourtant le moins que nous pouvons . Cinquante bouteilles nous suffiront avec ce qui nous reste . Adieu messieurs, l'oncle et la nièce ne peuvent vous dire à quel point ils sont pénétrés de tout ce que vous voulez bien faire pour eux .

V. »

1 Tabareau, directeur du bureau des postes de Lyon .

2 Pierre ou Abraham Gallatin, directeur de la poste à Genève .

3 Proverbe espagnol expliqué par la suite ; le chien du jardinier ne mange pas de choux mais il ne veut pas que les autres y touchent .

 

27/10/2014

J'ai eu la sottise de bâtir un piccolo palazzo nel gran gusto italiano

... Et ils sont toujours là plus de deux cent cinquante ans plus tard, Voltaire et le château . L'un et l'autre vieillissent bien, le château ayant, lui, plus besoin d'entretien et restauration que son premier propriétaire . Je recommande les pierres aux bons soins du CMN et de Fleur Pellerin et je recommande les écrits de Voltaire à tous ceux que j'aime, pour les réjouir, et paradoxalement à tous ceux que je déteste pour les ridiculiser .

 DSC04065palazzo gusto italiano.png

 

 

« A Cosimo Alessandro Collini

Mon cher Collini, j'ai été sur le point de perdre mes yeux noirs . Cependant j'ai fait un effort pour écrire à Son Altesse Électorale et à notre ami Pierron 1. Voilà les lettres . Si vous n'allez pas à Manheim je vous prie de mettre à la poste celle qui est pour Mgr l’Électeur 2.

J'ai eu la sottise de bâtir un piccolo palazzo nel gran gusto italiano 3. Mais je n'en jouirai guère .

Je vous embrasse .

12 octobre [1759] »

3 Petit palais dans le grand goût italien .

 

recommandation en faveur de Collini

... Ecce homo !

 

Cosimo_Allesandro_Collini.jpg

 

 Cosimo Alessandro Collini

 

« A Charles-Philippe-Théodore von Sulzbach, électeur palatin 1

[12 octobre 1759]

[lettre de recommandation en faveur de Collini]2

 

2 V* mentionne cette lettre dans celle adressée le même jour à Collini qui confirme son existence ( ) ; on a la réponse de l’Électeur : « J'ai été bien charmé de recevoir la lettre, monsieur, que Collini m'a apportée . J'ai été bien aise de faire sa connaissance . Il paraît avoir beaucoup d'esprit et de mérite ; j'espère bien d'avoir la satisfaction l'année prochaine de vous revoir . J'ai été bien mortifié d'en avoir été privé celle-ci ; faites toujours d'aussi beaux poèmes qu'Homère mais ne devenez pas aveugle comme lui [...] » V* a également écrit à Pierron .