20/04/2014

La calomnie est interdite, même aux prêtres

... Urbi et orbi, aujourd'hui comme demain , à Pâques comme à la Trinité .

 Et je ne veux pas entendre un autre son de cloche ...

 DSC04366 autre son de cloche.png

 ... que celui du château de Voltaire !

 Ah ! au fait ! Joyeuses Pâques aux humains croyants et condoléances aux moutons .

 

« A monsieur le docteur et professeur Théodore Tronchin

à Genève

[vers le 10 mars 1759]1

Je vous demande pardon mon cher philosophe . Il est cent fois plus aisé de détruire aujourd'hui les infâmes superstitions chez les honnêtes gens, que d'établir une religion nouvelle chez le peuple .

. . . . . . . . . . . . . .2

Avouez qu'il est plaisant que ce soit un prêtre qui m'ait averti du libelle de Lausanne, qui l'ait poursuivi et qui l'ait fait saisir . Avouez qu'il y a de la raison et de la vertu dans l'enceinte des Alpes . Il n'y est pas permis d'outrager un étranger par des libelles . La calomnie est interdite, même aux prêtres .

Quand ce misérable Vernet a fait le sien 3 il a été obligé de le faire imprimer ailleurs sous un nom supposé . Il a été obligé ensuite de le désavouer . Il n'oserait lever les yeux devant moi . J'ai voulu l'induire à repentir, et tirer de lui une démarche honnête une fois dans sa vie . S'il ne la fait pas, je l'en ferai justement porter la peine . Il n'y a rien que je n'aie fait pour le débourber, mais je le ferai mourir dans la fange .

Je commence à croire que le jésuite Berthier baissera son ton . Les douze apôtres de Lisbonne rendront la Société humble . C'est un grand miracle .

J’ai grand envie de vous voir , mais les dames l'emportent, et cela est juste . Vale, care et magne vir 4. »

2 Pointillé tel sur le manuscrit .

3 C'est toujours la « Lettre à M. de Voltaire à Lausanne » publiée par le Journal helvétique de juin 1757 . Voir lettre du 3 février 1759 : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2014/02/22/celui-qui-gere-un-bien-de-campagne-et-qui-vend-du-foin-et-qu-5305708.html

4 Porte toi bien cher grand homme .

 

19/04/2014

Je me flatte qu’il ne voudrait pas me faire perdre dans ce marché les intérêts qui me sont dus

... Dit le trader , quand il lui reste un tantinet de politesse .

Aucune inquiétude pour ces forçats boursiers, ils gagnent largement de quoi se refaire une santé, et Voltaire parait petit joueur à côté d'eux, requins qui , crise ou non, écument nos économies .

http://www.leparisien.fr/economie/finance-un-tradeur-francais-gagne-en-moyenne-1-meur-par-an-19-04-2014-3779969.php

 

banksters-on-a-normal-day.jpg

 http://www.gaullistelibre.com/2013/02/libor-les-banksters...

 

« A Jean-Louis Labat, baron de Grandcour

à Genève

[vers le 10 mars 17459]

Mon cher baron aura-t-il pour agréable que je ne sois que pour 80 mille livres dans l'affaire en question ? Il aurait la bonté de me faire toucher 10 mille livres 1, et augmenterait sa part de 10 mille livres à six % . Je me flatte qu’il ne voudrait pas me faire perdre dans ce marché les intérêts qui me sont dus sur ces 10 mille livres depuis que j'ai donné mon argent . Je les toucherais à 5 % quand ils seront payés, et le 6è de cet intérêt serait pour mon cher baron . J'attends ses ordres .

Son très humble et très obéissant serviteur

V. »

1 La somme que V* avait fait payer à Labat par l'intermédaire de Jean-Robert Tronchin, début septembre 1758, de 80000 + 10000 livres, destinée à entrer dans le prêt consenti à la duchesse de Saxe-Gotha ( voir lettre du 29 août 1758 à J.R. Tronchin : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2013/10/10/t... )

Labat répondra affirmativement à V* et les deux hommes signeront une convention à ce sujet le 26 avril 1759 .

 

18/04/2014

Je ne suis pas embarrassé de la substance, mais je voudrais être instruit des détails

... Caro Aquilino Morelle ! et le plus tôt sera le mieux . Le titre de médecin vous va comme un gant à une moule , comme la vérité à Cahuzac .

 http://www.europe1.fr/Politique/Qui-est-vraiment-Aquilino-Morelle-2096491/#

 http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/politique/accuse-de-conflit-d-interets-le-dr-aquilino-morelle-annonce-sa-demission-de-cons?ku=#utm_source=lequotidiendumedecin&utm_medium=email&utm_campaign=news_derniere_heure_qdm

 

details_fil_rouge.jpg

 http://talec.fr/portfolio/fil-rouge/details_fil_rouge/

« A Gabriel Cramer

[vers le 10 mars 1759]1

Grasset jure à M. Haller que vous faites des calomniateurs, c'est son mot, que loin de vous avoir volés, vous lui reteniez injustement son dû, que vous fûtes forcés de le payer en 1754 et qu'il a votre quittance .

J'ai besoin de savoir ce que je dois répondre au docteur bailli . Je ne suis pas embarrassé de la substance, mais je voudrais être instruit des détails .

Il s'est vendu six mille Candide 2. Avez-vous eu la bonté de faire part de la lettre de Berne à M. de Châteauvieux ?

V.

Avez-vous écrit à Neuchâtel ? Vale caro 3. »

1 Cette lettre est importante pour l'histoire de Candide et pose des problèmes en apportant certains renseignements . On peut la dater en observant que, apparemment, c'est la réponse de Gabriel Cramer qui fournit à V* les éléments de sa lettre au « docteur bailli » von Haller (lettre du 13 mars 1759 : )

2 Ce sont sans doute les exemplaires provenant de l'édition de Paris, sinon ce serait Cramer qui en parlerait . Si 6000 exemplaires ont été vendus vers le 6 ou 7 mars, il faut que Candide ait paru à Paris à la fin janvier ou début février , dans le même temps que l'édition de Genève . D'autre part , la première mention que fait Thieriot de Candide date , à ce qu'on sait, du 23 février 1759 seulement : « Ô carissime Candide … On s'arrache votre ouvrage des mains . Il tient le cœur gai au point de faire rire à bouche ouverte ceux qui ne rient que du bout des dents . »[voir lettre du 25 février 1759 à Gabriel et Philibert Cramer : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2014/04/01/il-y-a-des-gens-assez-impertinents-pour-m-imputer-cet-ouvrag-5337761.html ]

3 Salut cher ami . V* appelle souvent Gabriel Cramer caro Gabriele ; c'est ici semble-t-il qu'on trouve pour la première fois cette formule .

 

17/04/2014

il n'était point du tout convenable qu'il fût permis d’insulter dans un libelle diffamatoire une famille vertueuse, et très innocente des fautes de son père

...

 

 

 

« A Jacques-Abram-Elie-Daniel Clavel de Brenles

Aux Délices [vers le 10 mars 1759] 1

Les seigneurs curateurs de l'Académie de Lausanne, etc. me font l'honneur , mon cher ami, de me mander en corps, qu'ils ont condamné le libelle en question et qu'ils censureront l'éditeur . Je suis également touché de leur justice , de leur bonté et de leur extrême politesse . Je ne doutais pas d'un jugement si équitable et d'un procédé si noble après les lettres dont leurs Excellences MM. les avoyers, et les principaux membres de la souveraineté m'avaient honoré sur cette affaire . En effet il n'était point du tout convenable qu'il fût permis d’insulter dans un libelle diffamatoire une famille vertueuse, et très innocente des fautes de son père . M. Saurin, ancien secrétaire de Mgr le prince de Conti, méritait des égards . J’étais chargé de sa part et de celle de toute sa famille d'empêcher ce scandale . Je l'ai fait avec tout le zèle de l'amitié ; j'ai rempli mon devoir et je vois avec plaisir que j'ai été secondé de tous les honnêtes gens .

Je vous prie de montrer cette lettre à M. le ministre Polier et à M. d'Hermenches dont l'honneur , la probité et la bonté ont pris si généreusement le parti d'une famille affligée . Je vous supplie surtout , mon cher ami, de présenter mes très tendres et respectueux remerciements à monsieur le bailli pour qui je conserverai une éternelle reconnaissance . Adieu, je n'ai jamais si bien senti que dans cette petite affaire le prix de votre amitié et tout ce que vaut la franchise de votre belle âme . Je m’applaudis plus que jamais d'avoir été attiré à Lausanne par vous . Je vous embrasse du meilleur de mon cœur . Mille respects à votre chère philosophe .

V. »

 

16/04/2014

Point de jésuite pendu . La justice est lente

... Soit ! mais est-seulement un défaut quand elle commet des erreurs, quand elle tarde à les reconnaitre et  les réparer ? Ou alors quand au contraire elle est hâtive, précipitée, caricaturale ? Il devrait bien y avoir moyen de trouver le levier de vitesse , la bonne allure ; mais, je crois  le nombre des délits  un défi à l'entendement, le nombre des coupables un défi aux justiciers . Quand peut-on espérer un monde où la prévention primera sur la répression ?

 

justice du xxi è siècle.jpg

 http://cnb.avocat.fr/Colloque-Justice-du-21e-siecle-des-10-et-11-janvier-2014-compte-rendu-des-debats_a1872.html

 

« A Élie Bertrand

[vers le 10 mars 1759]

Vite, la poste part, il faut, mon cher ami, que je vous remercie du fond de mon cœur, il faut que vous épuisiez votre éloquence pour faire valoir tous les sentiments de ma reconnaissance 1 et mes tendres et respectueux remerciements à M. de Freydenrick et à M. de Bonstetten .

Comment va le mémoire pour Lyon ?2 Ne pourriez-vous point me communiquer un certain livre sur les tremblements ?3 Il me semble qu'il figurerait très bien dans une académie des sciences . Je vous embrasse . Je suis à vous pour la vie .

V.

Point de nouvelles aujourd'hui du Portugal . Point de jésuite pendu . La justice est lente . »

1 A la place de reconnaissance V* a d'abord écrit un autre mot soigneusement biffé .

 

15/04/2014

Si je vis tout sera réparé . Si je meurs tout oublié

... Chante en son for intérieur il cavaliere Silvio qui va devoir accomplir 200 heures de travaux d'intérêt général à raison de quatre heures par semaine pendant un an . 200 heures de pub gratuite pour son parti !

Mais de qui se moque fout-t-on ? Sans vouloir réclamer la justice du XIXè siècle, style Jean Valjean/Javert, comment voulez-vous inciter les malhonnêtes à cesser leurs magouilles ? La prime à la saloperie ne connait pas de frontières, fric et injustice font un ménage qui n'est pas près de divorcer , juges italiens vous êtes des couilles molles .

Silvio, je te compisse, et te compisserai toujours, ma prostate est d'accord !

 crevure berlusconi.jpg

 Crevure de 1er choix

 

 

« A Jean-Robert Tronchin

10 mars [1759]1

Or renvoyez-moi, mon cher correspondant, la lettre de change de trente mille livres dont voici la monnaie .

J'attends plus de vos soins officieux que des Silhouette et des Boullogne 2. Ils ne m'enverront jamais des sacs de louis d'or comme vous et je ne leur demande rien . Préparez-vous à soutenir de rudes assauts sur la brèche du coffre cette année . Si je vis tout sera réparé . Si je meurs tout oublié . En attendant il faut cultiver notre jardin . La poste part . Vale .

V. »

1 Sur le manuscrit, Tronchin a noté : « Renvoyé l'assignation de 30 mille livres sur M. de Laleu le 12 mars . »

 

14/04/2014

Vous étiez autrefois des singes qui gambadiez . Vous voulez être à présent des bœufs qui ruminent ; cela ne vous va pas

... Vous étiez jeunes et beaux, idéalistes et enthousiastes et voilà-t-il pas que vous rêvez d'être chargés d'un joug et menés à l'aiguillon .

Tout simplement, -autrement dit,- vous vous engagiez dans un parti quel qu'il fût, et vous vous vous retrouvez homo politicus avide de pouvoir et sans couilles (même vous mesdames ) suivant un dirigeant aussi boeuf (beauf') que vous ; le meneur n'étant que celui qui beugle le plus fort et le plus souvent . Votre destin est bien de finir à la casserole , en pâtée pour chiens, le temps des grimaces ne peut s'éterniser avec les mêmes guignols . D'autres attendent leur tour avec impatience, ils apprendront assez vite à ne plus tourner la tête, décervelés qu'ils sont !...

...  "Ein Reich! Ein Volk ! Ein Führer !" zum beispiel .

 

Boeuf + Singe = Compatible et stable

 Selon l'astrologie chinoise, ces deux bestiaux faits pour s'entendre, et plus si affinité .

 

« A Nicolas-Claude Thieriot

Aux Délices le 10 mars 1759

J'ai reçu par le Savoyard voyageur, mon ancien ami, votre lettre, vos brochures très crottées et la lettre de Mme Belot . Je vais lire ces œuvres et je vous prie de me mander son adresse, car selon l'usage des personnes de génie , elle n'a daté en aucune façon ; et je ne sais ni quelle année elle m'a écrit ni où elle demeure 1. Pour vous, je soupçonne que vous êtes encore dans la rue Saint-Honoré . Vous changez d'hospice aussi souvent que les ministres de place . Mme de Fontaine vous reviendra incessamment ; elle est chargée de vous rembourser les petites avances que vous avez bien voulu faire pour m'orner l'esprit .

J'ai lu Candide ; cela m'amuse plus que l'Histoire des Huns 2, et que toutes vos pesantes dissertations sur le commerce et sur la finance . Deux jeunes gens de Paris m'ont mandé qu'ils ressemblent à Candide comme deux gouttes d'eau . Moi, j'ai assez l'air de ressembler ici au seigneur Pococurante 3; mais Dieu me garde d'avoir la moindre part à cet ouvrage . Je ne doute pas que M. Joly de Fleury ne prouve éloquemment à toutes les chambres assemblées que c'est un livre contre les mœurs , les lois et la religion . Franchement, il vaut mieux être dans le pays des Oreillons 4 que dans votre bonne ville de Paris . Vous étiez autrefois des singes qui gambadiez . Vous voulez être à présent des bœufs qui ruminent ; cela ne vous va pas .

Croyez-moi, mon ancien ami, venez me voir : je n'ai de bœufs qu'à mes charrues .

Si quid novi, scribe, et cum otiosus eris, veni, et vale 5.

V. »

1 Dans sa lettre du 23 février 1759, Thieriot annonçait ce paquet : « Un laquais de Mme la comtesse de Montmorency s'en retourne chez lui et passe par tous vos territoires qu'il connait et qu'il a habités . Il a voulu se charger d'un paquet qui m'a été remis avec une lettre par Mme Belot dont les ouvrages me semblent dignes de votre approbation […] Il y a plusieurs années qu'elle vit avec M . le chevalier d'Arcques qui l'a mis dans le goût d'étudier et d'écrire , et il me paraît que l'écolière a surpassé son maître. »

Les livres contenus dans le paquet étaient Réflexions d'une provinciale sur le discours de M. Rousseau, citoyen de Genève, touchant l'origine de l'inégalité des conditions parmi les hommes, 1756 [http://books.google.fr/books?id=7cgGAAAAcAAJ&pg=PA1&lpg=PA1&dq=R%C3%A9flexions+d%27une+provinciale+sur+le+discours+de+M.+Rousseau,+citoyen+de+Gen%C3%A8ve,+touchant+l%27origine+de+l%27in%C3%A9galit%C3%A9+des+conditions+parmi+les+hommes&source=bl&ots=1gRXZTTJ9Q&sig=HsvmXommd0DHDKqpeg3LERyJzg4&hl=fr&sa=X&ei=d9dLU4LXO4mV0QXSuYGwBg&ved=0CDAQ6AEwAA#v=onepage&q=R%C3%A9flexions%20d%27une%20provinciale%20sur%20le%20discours%20de%20M.%20Rousseau%2C%20citoyen%20de%20Gen%C3%A8ve%2C%20touchant%20l%27origine%20de%20l%27in%C3%A9galit%C3%A9%20des%20conditions%20parmi%20les%20hommes&f=false] ; et Mélanges de littérature anglaise traduits par Mme B**** [Belot], 1759.

Mme Belot, voir page 87 : http://books.google.fr/books?id=OIgPFMf_LMsC&pg=PA87&lpg=PA87&dq=madame+belot&source=bl&ots=PtGxvDWHys&sig=sRIfFG6fSzNCopVnrd5lxneWbdw&hl=fr&sa=X&ei=L9hLU5PSHeyX0QXS-ICoCQ&ved=0CF8Q6AEwBw#v=onepage&q=madame%20belot&f=false

et : http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journalis...

5 S'il y a du nouveau, écris-le moi, et quand tu auras des loisirs, viens et porte-toi bien .