Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2017

on sentira combien il est honteux d'être soumis à la puissance ridicule qui les a établis

... Qui visè-je ici ? D'abord la famille Le Pen, et puis, par conséquent, tous ces dirigeants FN qui grenouillent autour . Le danger est qu'ils sont particulièrement retors et menteurs de premier ordre, habiles à manier la langue de bois comme il n'est pas permis . A vomir ! Prêts à toutes les compromissions, toutes les lâchetés  pour prendre le pouvoir et l'argent qui va avec . 

 Image associée

Le Pen père / Adolf met le pied à l'étrier à Marine fifille et charge la mule !

 Inspiré par une curiosité : https://fr.wikipedia.org/wiki/Der_Fuehrer%27s_Face

 

 

 

« A Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

[vers le 15 mai 1762] 1

J'étais à la mort, monsieur, lorsque j'ai reçu la lettre dont vous m'avez honoré ; je souhaite de vivre pour voir les effets de votre excellent mémoire 2. Je ne savais pas que vous m'eussiez fait l'honneur de me l'envoyer, et que j'avais deux remerciements à vous faire, celui d'avoir éclairé la France et celui de vous être ressouvenu de moi .

Votre réquisitoire a été imprimé à Genève et répandu dans toute l'Europe avec le succès que mérite le seul ouvrage philosophique qui soit jamais sorti du barreau . Il faut espérer qu'après avoir purgé la France des jésuites, on sentira combien il est honteux d'être soumis à la puissance ridicule qui les a 3 établis . Vous avez fait sentir bien finement l'absurdité d'être soumis à cette puissance, et le danger ou du moins l'inutilité de tous les autres moines qui sont perdus pour l’État et qui en dévorent la substance .

Je vous avoue, monsieur, que c'est une grande consolation pour moi de voir mes sentiments justifiés par un magistrat tel que vous . Il faut que je me vante d'avoir le premier attaqué les jésuites en France . J'ai une terre dans le pays de Gex, tout auprès d'un domaine que les jésuites ont usurpé . À force de distinctions, ils avaient ajouté à l'usurpation de ce domaine, le bien de six gentilshommes, tous frères, tous pauvres, et tous au service . Ils avaient obtenu des lettres patentes qui leur permettaient d'acquérir ce bien : ces lettres avaient été enregistrées au parlement de Dijon ; et vous noterez qu'ils s'étaient associés avec un huguenot dans cette manœuvre . Ils se fondaient uniquement sur l'espérance que ces six gentilshommes n'auraient jamais le moyen de rentrer dans leurs biens . Je prêtai de l’argent aux orphelins dépouillés ; ils sommèrent les jésuites et le huguenot de leur rendre leur patrimoine ; les jésuites consultèrent leur général, le père Ricci, qui fut cette fois assez sage pour leur ordonner de se désister . Les pauvres gentilshommes sont rentrés dans leur domaine ; et j'espère des excommunications dans ce monde-ci , et le paradis dans l'autre, pour cette bonne œuvre .

Je vous envoie cette plaisanterie,4 qui m'est tombée entre les mains . Le bâtiment d'un million sept cent mille livres est une chose vraie, et qui excite l'indignation de tout le monde .

J'ai l'honneur d'être etc. »

1 La lettre est une réponse à une lettre de La Chalotais datée du 4 mai 1762 à Rennes . L'édition de Kehl date du 17 mai .

2 Mémoire changé en compte rendu par l'éditeur sur le manuscrit .

3 a omis sur le manuscrit .

4 L’Extrait de la gazette de Londres, dans lequel V* rend compte des bâtiments ajoutés à l'abbaye de Citeaux ; il revient sur ces constructions dans le Pot-Pourri au chapitre XVI : voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/08/facetie-pot-pourri-partie-3.html

 

Écrire un commentaire