Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2017

une étoile bien singulière, si tant est qu’on ait une étoile

... Dédicace spéciale à tous les superstitieux  , gardons un peu les pieds sur terre, et utilisons la seule étoile qui vaille la peine, notre soleil, qui est capable tout à la fois de nous faire la peau et de nous nourrir .

 

 

« Voltaire

et Marie-Françoise Corneille

à Ponce-Denis Ecouchard Le Brun

A Ferney 26 janvier 1763

Puisque à la réception de ma lettre, monsieur, vous ne m’avez pas envoyé un parent de Racine pour épouser mademoiselle Corneille, nous avons pris un jeune cornette de dragons, de vingt-trois ans, d’une très jolie figure, de mœurs charmantes, bon gentilhomme, mon voisin, possédant à ma porte environ 10 mille livres de rentes en terres. J’arrange ses affaires, je donne une dot honnête, je garde chez moi les mariés. Il est juste que vous ayez la première nouvelle de cet arrangement, puisque c’est à vous que je dois mademoiselle Corneille. Il faut que votre nom soit au bas du contrat. Envoyez-moi un ordre par lequel vous me commettrez pour signer en votre nom.

Je ne sais pas où Mlles Félis et de Vilgenou demeurent. Je leur dois la même attention ; je vous supplie de leur faire rendre mes lettres, et de vouloir bien envoyer le paquet contenant leur réponse et la vôtre à M. Damilaville, premier commis du vingtième, quai Saint-Bernard. Je quitte la plume pour la donner à une main plus agréable que la mienne.



Vous êtes, monsieur, le premier auteur de mon bonheur, il m’en est plus précieux. Je me joins à M. de Voltaire pour vous dire que je serai toute ma vie avec la plus sensible reconnaissance, monsieur, votre très humble et très obéissante servante.

Corneille.

Je présente mes obéissances à madame votre femme, que je n’oublierai jamais.



Je ne sais où prendre M. Du Molard . Si vous le voyez, monsieur, je vous prie de vouloir bien l’assurer de mes sentiments pour lui .

Soyez surtout persuadé de ceux que je vous ai voués bien sincèrement.

Il est plaisant que le nom de notre mari soit Dupuits, tandis qu’on donne le mariage de M. Dupuis à la Comédie. Cela est d’un bon augure : on dit que la pièce est très jolie . Notre Dupuits l’est aussi.

Avouez, monsieur, que Mlle Corneille a eu une étoile bien singulière, si tant est qu’on ait une étoile.

De tout mon cœur, votre très humble et très obéissant serviteur.

V.

Mes respects à madame Le Brun. »



 

Écrire un commentaire