Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2018

La plus petite de toutes les méprises imprimées, et la moins importante, est l'honneur qu'on me fait

... Je doute fort qu'un jour un de nos -présidents, ministres, cardinaux, députés, sénateurs, PDG, juges et avocats de renom, footeux, artistes récemment décédés-, soit assez lucide et modeste pour en dire autant .

 

 

« A Pierre Rousseau

La plus petite de toutes les méprises imprimées, et la moins importante, est l'honneur qu'on me fait , dans le Journal encyclopédique du mois de mars 1763, d'avoir reçu de madame l'archiduchesse des bouts-rimés à remplir . Je n'ai, Dieu merci, ni reçu cet ordre, ni fait ces bouts-rimés . Cependant, comme il faut obéir aux princesses, quelque vieux qu'on soit, je déclare que je ferai de mauvais bouts-rimés quand Leurs Altesses Impériales l’ordonneront positivement .

Voltaire .

Aux Délices 8 mai [mars] 1763 .1 »

1 Voir l'édition « Éclaircissement au sujet des bouts-rimés attribués à M. de Voltaire », Journal encyclopédique du 1er avril 1763 . La lettre est précédée de l’avis suivant : « Sur la foi d'un homme très estimable et très connu dans la république des lettres, nous avons donné dans le Journal pénultième [1er mars 1763] des bouts-rimés sous le nom de M. de Voltaire ; nous nous sommes empressés de les publier, parce que nous avons appris par une expérience constante combien nos lecteurs sont avides de tout ce qui sort de la plume de ce grand homme, ne fut-ce même que des bouts-rimés . La personne qui nous a envoyé ceux dont il est question, est une de ces admirateurs zélés, et certainement M. de Voltaire n'est point dans le cas de lui dire, vous voudriez bien que je les eusse faits . Par respect et par devoir nous insèrerons ici l'apostille d’une lettre dont il a bien voulu nous honorer . Nous serions très fâchés que sur la foi de notre Journal ces vers donnassent la moindre prise à ses ennemis, car enfin qui n'a pas d'ennemis à commencer par M. de Voltaire jusqu'au chevalier de [...]. » Cette lettre est encore suivie de ceci : « A peine ces bouts-rimés ont-ils paru dans notre Journal, que nous les avons trouvés imprimés dans une feuille périodique qui paraît à Lyon chez le sieur de La Roche . Ainsi nous ne sommes pas les seuls qui ayons été dans cette erreur, et peut-être sont-ils déjà imprimés dans d'autres journaux . » La matière fut encore reprise dans une article signé Porier qui parut dans le Journal encyclopédique du 15 mai 1763 .

Écrire un commentaire