Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2018

Les Français n’ont encore jamais osé dire la vérité toute entière. Nous sommes de jolis oiseaux à qui on a rogné les ailes. Nous voletons, mais nous ne volons pas

...

Résultat de recherche d'images pour "oiseaux aux ailes rognées"

Pas encore !

 

 

« A Marie de Vichy de Chamrond, marquise du Deffand

L’aveugle voltaire a l’aveugle marquise du Deffand.

Les gens de notre espèce, madame, devraient se parler au lieu de s’écrire, et nous devrions nous donner rendez-vous aux Quinze-Vingts, d’autant plus qu’ils sont dans le voisinage de M. le président Hénault. On m’a mandé qu’il avait été dangereusement malade ces jours passés, mais qu’il se porte mieux. Je m’intéresse bien vivement à votre santé et à la sienne . Car enfin il faut que ce qui reste à Paris de gens aimables vive longtemps, quand ce ne serait que pour l’honneur du pays.

Etes-vous de l’avis de Mécène, qui disait : Que je sois goutteux, sourd, et aveugle, pourvu que je vive, tout va bien ?1 Pour moi, je ne suis pas tout à fait de son opinion, et j’estime qu’il vaut mieux n’être pas que d’être si horriblement mal ; mais, quand on n’a que deux yeux et une oreille de moins, on peut encore soutenir son existence tout doucement.

J’ai eu une grande dispute avec M. le président Hénault, au sujet de François II 2, et je vous en fais juge. Je voudrais que, quand il se portera bien, et qu’il n’aura rien à faire, il remaniât un peu cet ouvrage, qu’il pressât le dialogue, qu’il y jetât plus de terreur et de pitié, et même qu’il se donnât le plaisir de le faire en vers blancs, c’est-à-dire en vers non rimés. Je suis persuadé que cette pièce vaudrait mieux que toutes les pièces historiques de Shakespeare, et qu’on pourrait traiter les principaux événements de notre histoire dans ce goût . Mais il faudrait pour cela un peu de cette liberté anglaise qui nous manque. Les Français n’ont encore jamais osé dire la vérité toute entière. Nous sommes de jolis oiseaux à qui on a rogné les ailes. Nous voletons, mais nous ne volons pas.

Je vous supplie, madame, de lui dire combien je lui suis attaché. Je le supplie de vous en dire autant quand j'ai l'honneur de lui écrire .

Adieu, madame ; je ne sais si nous avons jamais bien joui de la vie, mais tâchons de la supporter. Je m’amuse à entendre, sauter, courir, déraisonner mademoiselle Corneille, son petit mari, sa petite sœur, dans mon petit château, pendant que je dicte des commentaires sur Agésilas et Attila . Et vous, madame, à quoi vous amusez-vous ? Je vous présente mon très tendre respect.

V.

A Ferney 19è august 1763 car il est trop barbare d'écrire aoust et de prononcer ou.3 »

2 Hénault a écrit le 29 juin 1763 à V* : « […] Je dois vous faire part du succès d'un ouvrage qui vous doit en partie sa réputation, et que vous avez eu le courage d'adopter des premiers . Il a été traduit en italien, en allemand, on dit en chinois , et enfin il vient de paraitre en anglais [A new chronological abridgment of the history of France …] […] il me reste encore une chose à désirer ce serait que la pièce de François II fût traduite en anglais . Si j'ai mérité quelque réputation, il me semble que c'est pour un ouvrage qui n'est pas assez connu […]. » . François II est une tragédie en cinq actes et en prose .

3 Intéressante précision sur la prononciation de ce type de mots (saoul, août ) à l'époque .

Écrire un commentaire