Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2019

après le bel éloge que vous avez fait du philosophe de Bordeaux

... ô admirables entre tous les humains, membres du Conseil constitutionnel, qu'ajouterez-vous aux qualités d'Alain Juppé arraché de sa Gironde à l'insu de son plein gré ?

Rien !

Il n'en mérite pas plus .

 Image associée

Quand on dit "du travail", on exagère , "une occupation" ou "une planque" est plus juste !

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

18 février 1764 1

Tu dors, Brutus, et Crevier veille .2

Souffrirez-vous,mon cher et intrépide philosophe, que ce cuistre de Crevier attaque si insolemment Montesquieu dans les seules choses où l'auteur de L'Esprit sur les lois 3 a raison  ? n'est-ce pas vous attaquer vous-même, après le bel éloge que vous avez fait du philosophe de Bordeaux ? Le malheureux Crevier vous désigne assez visiblement dans sa sortie contre les philosophes à la fin de son ouvrage . Vous devez le remercier, car il vous fournit le sujet d'un ouvrage excellent, et vous pouvez en le réfutant avec le mépris qu'il mérite dire des choses très utiles que votre style rendra très intéressantes . C'est à vous de venger la raison outragée .

On dit que le parlement de Toulouse refuse d'enregistrer la déclaration du roi qui ordonne le silence ; on ne vous l'a pas ordonné . Daignez travailler pour l'instruction des honnêtes gens et pour la confusion des sots . Je vous embrasse très tendrement, et je me recommande à vos prières .

V. »

1 Ce même 18 février, Bertrand écrit à Bernstorff : « L'affaire des Calas n'est point encore terminée, malgré le zèle de trois avocats généreux qui la poursuivent et l'ardeur de M ; de Voltaire qui ne cesse de solliciter . Ce poète s'amuse en attendant à faire des contes en vers pour la cour, qui s'en amuse . Il finit par où les autres commencent d'ordinaire . »

2D'après La Mort de César , II, 2 : « Tu dors, Brutus, et Rome est dans les fers ! »

Écrire un commentaire