Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2019

J’ai renoncé à toute sorte de vanité pour ce monde et pour l’autre

... En toute franchise, surtout pour l'autre, et même, parfois uniquement pour l'autre .

Ils sont en route pour le Brexit, gonflés d'eux-mêmes , comme toujours .

 

 

« Au marquis Francesco Albergati

Capacelli Senatore di Bologna

à Bologna

10è auguste 1764 à Ferney

Croiriez-vous, monsieur, que j’ai eu toutes les peines du monde à trouver dans Paris un exemplaire du nouveau Corneille commenté ? Il n’y en a plus à Genève ; les libraires n’en avaient point assez imprimé. En un mot, vous en recevrez un de Paris. Mais il faut vous résoudre à ne l’avoir que dans deux mois . Vous savez que les voitures ne font pas une grande diligence.

Nous avons actuellement à Genève un Italien d’un grand mérite ; c’est M. Tiepolo, ambassadeur de Venise à Paris et à Vienne. Il est très malade entre les mains de Tronchin, et je suis assez malheureux pour ne pouvoir aller le voir, étant plus malade que lui à ma campagne.

On voulait, ces jours passés, me faire jouer un rôle de vieillard sur mon petit théâtre ; mais je me suis trouvé en effet si vieux et si faible, que je n’ai pu même représenter un personnage qui m’est si naturel. C’est à vous, monsieur, à vous livrer aux beaux-arts et au plaisir ; tout cela n’est plus pour moi. Le roi de Prusse passe donc pour avoir fait une épitaphe latine à ce pauvre Algarotti 1. Ce monarque est bien digne d’avoir le don des langues ; il n’a jamais appris un mot de latin. Pour moi, monsieur, je ne me soucie point d’épitaphe . J’ai renoncé à toute sorte de vanité pour ce monde et pour l’autre, et je me borne à vous aimer de tout mon cœur. »

1 Albergati la cite dans sa réponse : « Hic jacet Ovidis aemulus, Newtoni discipulus, », c'est-à-dire : Ci-gît un émule d'Ovide, un disciple de Newton .

Écrire un commentaire