Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2016

supposé qu'on puisse dessiner quelque moment heureux de ces pièces malheureuses

... Comme dans : http://www.20minutes.fr/television/1932007-20160927-mario...

ça me semble difficile, quasi impossible! pourtant il doit bien y avoir quelques scènes plus détendues, sinon ce serait in(sou)tenable , enfin je le suppose car je dois vous avouer que je n'ai que rarement le coeur de suivre ce type d'émissions . Leurs sujets , pour moi, n'ont pas besoin de l'image télévisée, l'information écrite me suffit, je suis peut-être trop critique , saturé de scénarios dramatiques jusqu'à plus soif .

 Dessine moi un zébu

 Pas de mélo !

 

« A François de Vosges

[8 octobre 1761] 1

Je prie monsieur de Vosges d'être persuadé de mon estime et de ma reconnaissance .

Il a rectifié avec beaucoup de goût l'estampe pitoyable qui était à la tête d'Oedipe .

Il pourrait dessiner et graver, s'il le veut bien , Sophonisbe à qui on présente la coupe de poison ;

Pompée qui, dans Sertorius, brûle les lettres, etc. ;

don Sanche d'Aragon, qu'on veut empêcher de s'assoir ;

Nicomède qui apaise une sédition ;

Œdipe , suivant le dessin ci-joint ;

la Toison d'Or, un dragon et deux taureaux menaçants ;

Othon, qu'on proclame empereur, et Galba qu'on tue dans Agésilas,

 

Attila

Suréna

Pulchérie

Tite et Bérénice

 

}

 

 

 

supposé qu'on puisse dessiner quelque moment heureux de ces pièces malheureuses . »

 

1 Copie du XIXè siècle qui date « vers juin 1761 » , suivie par Clogenson . Cette lettre doit être celle dont parle V* dans la lettre du même jour à Fyot de La Marche, d'où la date retenue ici .

 

Écrire un commentaire