Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2016

Il faut se donner le plus d'occupation qu'on peut pour se rendre la vie supportable dans ce monde

... Et à ceux qui ne rêvent que de ne rien faire, d'avancer la retraite en négligeant/méprisant ceux qui vont la payer, je souhaite une vie insupportable, et tant pis si vous me trouvez bête et méchant , that's life !

 Afficher l'image d'origine

Avant de manger les pissenlits par la racine, essayons quelques variantes au dessus , ça assouplit l'échine et l'humeur ![J'en aurais bien besoin , dites vous ? mauvaises langues !]

 

 

 

« A François de Chennevières

A Ferney du 10 octobre 1761 1

Les ermites de Ferney présentent leurs hommages aux hôpitaux de Versailles . Nous n'avons jamais si bien mérité le nom d’ermites . J'ai cédé depuis deux mois les Délices à M. le duc de Villars . J’ai eu quelque temps M . le comte de Lauraguais et à présent je suis tout à Corneille . L'entreprise est délicate, il s'agit d'avoir raison sur trente deux pièces, aussi je consulte l' Académie toutes les postes et je soumets toujours mon opinion à la sienne . J'espère qu’avec cette précaution, l’ouvrage sera utile aux Français et aux étrangers . Il faut se donner le plus d'occupation qu'on peut pour se rendre la vie supportable dans ce monde . Que deviendrait-on si on employait son temps à dire , nous avons perdu Pondicheri, les billets royaux perdent soixante pour cent, les particuliers ne payent point, les jésuites font banqueroute ? Vous m'avouerez que ces discours seraient fort tristes . Je prends donc mon parti de planter, de bâtir, de commenter Corneille et de tâcher de l'imiter de loin, le tout pour éviter l'oisiveté .

Vous souvenez-vous, mon cher mai, que j'eus il y a quelques années une petite discussion avec messieurs les intendants des postes au sujet d'un assez gros paquet que vous m'avez 2 envoyé ? J'ai peur qu'ils ne m'aient joué à peu près cette année le même tour dont je me plaignis alors . Je vous envoyai deux paquets il y a quelques mois pour Mme de Fontaine, vous m'accusâtes la réception de l'un, vous ne m'avez jamais parlé de l'autre, et il est vraisemblable que Mme de Fontaine n'a reçu aucun des deux . En tout cas il n'y a pas grand mal, car ce n'étaient que des rogatons .

Adieu, nous vous embrassons . Si vous rencontrez quelques dévots dans votre chemin, dites-leur 3 que j'ai achevé mon église et que le pape m'a envoyé des reliques, et si vous rencontrez des gens aimables dites-leur que j'ai achevé mon théâtre . »

1 Copie par Boissy d'Anglas .

2 V* a sans doute écrit m'aviez .

3 Le manuscrit porte par erreur lui ; si on conserve cette forme il faut mettre quelques dévots au singulier .

 

Écrire un commentaire