Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2017

J'en suis hors de moi . Je m'y intéresse comme homme, un peu même comme philosophe . Je veux savoir de quel côté est l'horreur du fanatisme

... Voila des paroles d'un homme d'honneur, engagé , respectable, Voltaire !

 Voila qui me console d'avoir à entendre et voir hommes et femmes en quête de pouvoir pour satisfaire leur égo, rien que leur égo, tout leur égo .

Pour paraphraser mon ami Voltaire, "voilà un abominable siècle", des Bachar El Assad, des Daech, des Trump, des Marine Le Pen, des Fillon, des Kim Jong Un, des Congos, des Kim Kardashian, des Cyril Hanouna, des gaz de schiste, usw/etc.

 

ambitieux.png

Je n'ai rien contre les ambitieux, mais je ne peux pas souffrir les ambitieux méprisants

 

 

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche

A Ferney 25 mars 1762

Il y a longtemps que je n'ai eu l'honneur d'écrire à celui qui sera toujours mon premier président . J'ai bien des choses à lui dire . Premièrement son parlement m'afflige . Le roi se soucie fort peu qu'on juge ou non les procès auxquels je m'intéresse ; mais moi je m'en soucie . Voilà une plaisante vengeance d'écolier de dire, je ne ferai pas mon thème parce que je suis mécontent de mon régent . C'est pour cela même au contraire qu'il faut bien faire son thème . J'apprends que vous faites tous vos efforts pour parvenir à une conciliation . Qui peut y réussir mieux que vous ? Vous serez le bienfaiteur de votre compagnie, c'est un rôle que vous êtes accoutumé à jouer . Je vous demande pardon de donner des fêtes quand la 1 province souffre , mais il est bon d’égayer les affligés . Il y en a de plus d'une sorte . Il vient de se passer au parlement de Toulouse une scène qui fait dresser les cheveux à la tête . On l'ignore peut-être à Paris, mais si on en est informé, je défie Paris tout frivole, tout opéra-comique qu'il est, de n'être pas pénétré d'horreur . Il n'est pas vraisemblable que vous n'ayez appris qu'un vieux huguenot de Toulouse nommé Calas, père de cinq enfants, ayant averti la justice que son fils ainé, garçon très mélancolique s’était pendu, a été accusé de l'avoir pendu lui-même en haine du papisme pour lequel ce malheureux avait dit-on quelque penchant secret . Enfin le père a été roué ; et le pendu tout huguenot qu'il était a été regardé comme un martyr et le parlement a assisté pieds nus à des processions en l'honneur du nouveau saint . Trois juges ont protesté contre l'arrêt . Le père a pris Dieu à témoin de son innocence en expirant, a cité ses juges au jugement de Dieu, et a pleuré son fils sur la roue . Il y a deux de ses enfants dans mon voisinage qui remplissent le pays de leurs cris . J'en suis hors de moi . Je m'y intéresse comme homme, un peu même comme philosophe . Je veux savoir de quel côté est l'horreur du fanatisme . L'intendant de Languedoc 2 est à Paris . Je vous conjure de lui parler ou de lui faire parler . Il est au fait de cette aventure épouvantable . Ayez la bonté je vous en supplie de me faire savoir ce que j'en dois penser . Voilà un abominable siècle, des Calas, des Malagrida, des Damiens, la perte de toutes nos colonies, des billets de confession et l'opéra-comique .

Mon cher et respectable ami, ayez pitié de ma juste curiosité . Je soupçonne que c'est vous qui m'avez écrit il y a environ deux mois, mais les écritures quelquefois ressemblent à d'autres . Quand vous aurez la bonté de m'écrire mettez un M au bas de la lettre, cela avertit . Je devrais vous reconnaître à votre style et à vos bontés, mais mettez un M. Car quand je vous renouvelle mon tendre et respectueux attachement je mets un V. »

1 V* , en changeant de page a répété la .

2 Jean-Emmanuel de Guignard, vicomte de Saint-Priest qui était à l'époque intendant du Languedoc .

 

Écrire un commentaire