Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2017

On est tenté de se faire débaptiser quand on lit les Saint-Barthélémy, les massacres d'Irlande, et l'histoire des Calas

... Tu as raison mon cher Voltaire, et ta liste n'a fait que s'allonger, les baptisés n'étant pas les derniers à faire aussi mal que les athées d'ailleurs .

 

 

« A Paul-Claude Moultou

[27 janvier 1763 ?]1

Voici, monsieur, un mémoire qu'on m'envoie 2; il avait été fait à Toulouse, il y a très longtemps . Je suis bien fâché que les avocats de Paris ne l'aient pas connu ; il y a des choses bien essentielles dont ils auraient fait usage . Votre indignation et votre pitié redoubleront, s'il se peut, à la lecture de ce mémoire . On est tenté de se faire débaptiser quand on lit les Saint-Barthélémy, les 3 massacres d'Irlande, et l'histoire des Calas . On aurait du moins grande raison de se décatholiciser 4.

Je vous renvoie la lettre de votre ami, qui me paraît faire peu de cas de l'arithmétique .

Je vous supplie, monsieur, de vouloir bien envoyer le mémoire Calas à M. Debrus, quand vous l'aurez lu . Vous savez que l'affaire ne sera rapportée que le 8 février . Je ne dormirai point la nuit du 7 au 8 . Mon Dieu que d'abominations !

Je prends la liberté de vous embrasser de tout mon cœur . »

1 L'édition Gaberel date « 9 janvier 1763» d'après une mention sur le manuscrit, d'une main contemporaine ; ce qui est manifestement impossible .

2 Mémoire envoyé par Lavaysse, ce qui aide à dater la présente .

3 Saint-Barthélémy, les ajouté à la fin d'une ligne et au début de la suivante .

4 Ce néologisme n'a pas été enregistré par Littré . Il est du même ordre que les mots décatholiqué et descatholizé attestés en 1578 (Huguet ) . Pour le fond on notera que Moultou en recevant cette lettre écrivit à un correspondant ; « Voltaire m'écrit que quand on lit les horreurs que le fanatisme a produites, on serait tenté de se débaptiser ; je lui réponds qu'il serait bien mieux de se déshumaniser, car les livres des fondateurs [de l'église chrétienne] ne respirent que charité, et c'est à l'homme plus qu'au chrétien qu'il faut reprocher les maux dont la religion ne fut jamais que le prétexte . »

Écrire un commentaire