Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2018

chaque chose doit avoir son temps

...

 

« A Jacob Vernes

Lundi 14è mars 1763

aux Délices

Le parlement de Toulouse ayant condamné sur des indices Jean Calas, négociant de Toulouse, protestant, à être rompu vif, et à expirer sur la roue, comme convaincu d'avoir étranglé son fils aîné en haine de la religion catholique ; la veuve Calas et ses deux filles étant venues se jeter aux pieds du roi, un Conseil extraordinaire s'est tenu le lundi 7è mars 1763 composé de tous les ministres d’État, de tous les conseillers d’État, et de tous les maîtres des requêtes ; ce Conseil admettant la requête en cassation a ordonné d’une voix unanime que le parlement de Toulouse enverrait incessamment les procédures, et les motifs de son arrêt .1

Voilà des nouvelles bien consolantes . Je me suis flatté même que j'aurais bientôt des choses encore plus flatteuses à mander à monsieur Vernes, mais j'ai bien peur que tout ne soit détruit par les Lettres toulousaines, composées, dit-on, par M. de Court, et imprimées à Lausanne sous le nom d’Édimbourg . Si ce livre se répand en France, il fournira sans doute des armes au parlement de Toulouse. M. le comte de Saint-Florentin qui n'est déjà que trop prévenu contre les Calas, et qui n'a point voulu 2 au Conseil du 7è mars, pourra peindre au roi les protestants comme séditieux, qui attaquent indiscrètement les parlements et le Conseil du roi, dans le temps même que le roi assemble à Versailles le Conseil le plus nombreux qui se soit tenu depuis cent ans, pour rendre justice aux protestants dans l'affaire la plus capitale et la plus intéressante .

Les Lettres toulousaines nous feront surtout un grand tort en mêlant l'affaire de Sirven avec l'affaire des Calas . On verra en moins de trois mois, deux pères accusés d'avoir assassiné leurs enfants pour cause de religion . Le parlement de Toulouse persuadera au roi, que si on infirme l’arrêt contre les Calas, on rendra les protestants plus audacieux, et le roi laissera peut-être ce grand procès indécis .

Il est d'une extrême importance que les Lettres toulousaines ne paraissent point en France . Les ouvrages qu'on peut écrire sur cette matière délicate ne peuvent être confiés qu'à des personnes sûres, et qui sont en état de servir . C'est le parti que prend l'auteur du Traité sur la tolérance . On a écrit à Lausanne pour faire prier l'auteur des Lettres toulousaines de suspendre le débit de son livre , jusqu’à la définition du procès des Calas .

Si monsieur Vernes peut obtenir par ses sollicitations cette suppressions si nécessaire, il rendra un très grand service . L'auteur aura le temps de faire un second volume très intéressant, dans lequel il pourra faire valoir avec juste raison la bonté du roi, et l'équité du Conseil ; il gagnera dans ce second volume les esprits qu'il effarouche dans le premier .

Monsieur Vernes sent la nécessité de la circonspection que l'on demande, chaque chose doit avoir son temps, et assurément l'auteur des Lettres toulousaines prend bien mal le sien .

On embrasse tendrement monsieur Vernes, et on a la plus grande envie de s'entretenir avec lui . »

1 Le premier paragraphe ressemble à une lettre circulaire ; voir lettres du 15 mars 173 à Élie Bertrand, et celle à Constant de Rebecque .

2 Wagnière semble avoir oublié un mot tel que venir ou participer .

Écrire un commentaire