Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2018

cet homme serait bien dangereux s’il avait autant de pouvoir que d’impertinence

... Et Vlad' Poutine dispose , use et abuse des deux, conforté par une majorité que beaucoup lui envient . L'hiver russe n'est pas près de finir .

Alea jacta est , -à l'Est- , précisément .

A l'ouest , rien de nouveau ! au Moyen Orient, Receip et Achar peuvent continuer à broyer les Kurdes avec l'aide et la bénédiction du grand frère Russe , écoeurant .

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

Aux Délices , 23 mars 1763

Mon cher frère, l’illustre frère qui daigne tant aimer Brutus 1 me paraît avoir suppléé, par sa brillante imagination, à ce qui manque à cette pièce. Je ne peux en conscience lui en savoir mauvais gré. Un tel suffrage et le vôtre sont d’une grande consolation. Je me souviens que, dans la nouveauté de cette pièce, feu Bernard de Fontenelle, et compagnie, prièrent l’ami Thieriot de m’avertir sérieusement de ne plus faire de tragédies . Ils lui dirent que je ne réussirais jamais à ce métier-là. J’en crus quelque chose, et cependant le démon du théâtre l’emporta 2. Parlez-en à frère Thieriot, il vous confirmera cette anecdote, car il a la mémoire bonne.

Je vous renouvelle mes félicitations sur le succès des Calas. J’ai appris une des raisons du jugement de Toulouse qui va bien étonner votre raison.

Ces Visigoths ont pour maxime que quatre quarts de preuve et huit huitièmes font deux preuves complètes ; et ils donnent à des ouï-dire le nom de quarts de preuve et de huitièmes.

Que dites-vous de cette manière de raisonner et de juger ? est-il possible que la vie des hommes dépende de gens aussi absurdes ? Les têtes des Hurons et des Topinambours sont mieux faites.

Pour notre ami Pompignan, les preuves de son ridicule sont complètes. Je vous répète que cet homme serait bien dangereux s’il avait autant de pouvoir que d’impertinence. Je sais de très bonne part qu’il ne vint à Paris que dans le dessein de se faire valoir auprès de la cour, en persécutant les philosophes. Les quarts de plaisanterie qui sont dans la Relation du voyage de Fontainebleau, et les huitièmes de ridicule dont l’hymne est parsemé, seront pour lui un affublement complet. Cet homme voulait nuire, et il ne fera que nous réjouir.

Vous m’avez promis quelques articles de l’Encyclopédie, je les attends comme les articles de mon symbole.

Buvez, mes très chers frères, à la santé de votre vieux frère

Voltaire. »

1 Brutus vient d'être représenté le 14 mars 1763 : les termes par lesquels Grimm rend compte de la représentation dans la Correspondance littéraire du 1er avril, montrent qu'il est bien le « frère » en question .

2 La Harpe rapporte cet incident dans son Lycée, ou cours de littérature, 1821 : « Je tiens de la bouche même de Voltaire que les plus beaux esprits de ce temps, que Mme de Tencin réunissait chez elle, et à leur tête Fontenelle et La Motte, engagèrent cette dame à lui conseiller de ne plus s’obstiner à suivre une carrière [d'auteur dramatique] pour laquelle il ne semblait pas fait […] Je demandai à Voltaire ce qu'il avait répondu à ce beau conseil . Rien me dit-il, mais je donnai Zaïre ».

Écrire un commentaire