Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2018

Je ne connais que les princes protestants qui se conduisent raisonnablement. Ils tiennent les prêtres à la place où ils doivent être, et ils vivent tranquilles (quand la rage de la guerre ne s’en mêle pas)

... Mon pauvre Voltaire, ce n'est malheureusement plus d'actualité .

 

 

« A Louise-Dorothée von Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha

19 juillet [1763] 1

Madame, on n’est pas si raisonnable à Genève que l’est Votre Altesse Sérénissime. Il y a beaucoup de philosophes, à la vérité, qui ont un profond mépris pour les infâmes superstitions que le vicaire savoyard semble avoir détruites dans l’Emile de ce pauvre Rousseau. L’article de ce vicaire vaut mieux sans doute que tout le reste du livre. Il est goûté des grands et des petits, et cependant il est anathématisé par le conseil, qui est un peu l’esclave des prêtres. Tout est contradiction dans ce monde. Ce n’en est pas une petite de condamner ce qu’on estime et ce qu’on croit dans le fond de son cœur. Deux cents citoyens ont réclamé contre l’arrêt du petit conseil de Genève, mais bien moins par amitié pour Jean-Jacques que par haine pour les magistrats. Leur requête n’a rien produit, et Jean-Jacques ayant renoncé à son beau titre de citoyen n’a plus de titre que celui de Diogène. Il va transporter son tonneau en Écosse 2 avec milord Maréchal. Ce pauvre diable traîne une vie misérable, et le pape est souverain avec quinze millions de revenu. Voilà comme va le monde.

Nous autres Français, nous chassons les jésuites ; mais nous restons en proie aux convulsionnaires. Je ne connais que les princes protestants qui se conduisent raisonnablement. Ils tiennent les prêtres à la place où ils doivent être, et ils vivent tranquilles (quand la rage de la guerre ne s’en mêle pas).

Madame, j’ai l’honneur de vous envoyer un petit catéchisme qui m’a paru assez raisonnable 3.

Agréez mon profond respect.

V. »

1 Le lendemain 20 juillet 1763, d'Alembert écrit de Potsdam, à un correspondant non identifié, : « Le roi [Frédéric II] me parle souvent de Voltaire, et en e vérité, on ne peut pas mieux sur tous les points . On ne saurait avoir l'esprit plus droit et le goût plus juste que l'a ce prince . »

2 Si Rousseau eut cette intention, il n'y donna pas suite . Dans la lettre du 9 juillet 1763 à laquelle répond V*, la duchesse de Saxe-Gotha écrit : « Je suis charmée d'apprendre que Jean-Jacques soit rétabli dans sa patrie comme citoyen . C'est ainsi au moins que j'explique l'anecdote que vous avez la bonté monsieur de le mander .[...] qu'il soit chrétien ou non je l'estime de tout mon cœur parce que je le crois de bonne foi un véritable honnête homme . Milord Maréchal que j'ai vu ici il y a quelques semaines en fait son idole .[...]. »

Écrire un commentaire