Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2020

il ne tiendrait qu'à vous de dire bientôt : que de fous j'ai guéris !

... Ô Donald Trump, que de merveilles dont vous ornez et honorez le monde ! https://www.huffingtonpost.fr/entry/apres-setre-assagi-tr...

feticheur.jpg

Trump a fait des émules

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

16 avril [1765] 1

Mon cher appui de la raison, c'est bien la faute à frère Gabriel, s'il a lâché trois ou quatre exemplaires à des indiscrets ; mais , ou je me trompe fort, ou jamais Merlin n'aurait osé rien débiter sans une permission tacite ; et , malheureusement, pour avoir cette permission de débiter la raison, il faut s'adresser à des gens qui n'en ont point du tout . Si on en fait une édition furtive, alors Gabriel débitera la sienne . Fournissez-nous souvent de ces petits stylets mortels à poignée d'or enrichie de pierreries, l'inf sera percée par les plus belles armes du monde, et ne craignez point que Gabriel y perde .

Vous avez bien raison de citer les vers des Plaideurs : Que de fous !2 etc. ; mais il ne tiendrait qu'à vous de dire bientôt : que de fous j'ai guéris ! Tous les honnêtes gens commencent à entendre raison ; il est vrai qu'aucun d'eux ne veut être martyr, mais il y aura secrètement un très grand nombre de confesseurs, et c'est tout ce qu'il nous faut .

Jean-Jacques , dont vous me parlez, fait un peu de tort à la bonne cause ; jamais les Pères de l’Église ne se sont contredits autant que lui . Son esprit est faux, et son cœur est celui d'un malhonnête homme ; cependant il a encore des appuis . Je lui pardonnerais tous ses torts envers moi , s'il se mettait à pulvériser, par un bon ouvrage, les prêtres de Baal qui le persécutent . J'avoue que sa main n'est pas digne de soutenir notre arche ; mais

Qu’importe de quel bras Dieu daigne se servir !3

Frère Helvétius réussira sans doute auprès de Frédéric ; s'il pouvait partir de là quelques traits qui secondassent les vôtres, ce serait une bonne affaire .

Adieu, mon cher maître et mon cher frère ; je m'affaiblis beaucoup, et je compte aller bientôt dans le sein d'Abraham qui n'était, comme dit l'Alcoran, ni juif ni chrétien. »

2 « Que de fous ! Je ne fus jamais à telle fête », vers des Plaideurs de Racine cité par d'Alembert à la fin de sa lettre .

Écrire un commentaire