Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2022

Je serais encore plus curieux, madame, d'apprendre si vous êtes heureuse ; si votre brillante imagination vous fait goûter les plaisirs des illusions, ou si vous en avez de réels

... A la dame de mes pensées .

 

 

« A Anne-Madeleine-Louise-Charlotte-Auguste de La Tour du Pin de Saint Julien

A Ferney 28 octobre [1766]

Je ne sais, madame, si vous avez reçu une lettre 1 que j'eus l'honneur de vous adresser à la Grange-Batelière il y a environ un mois . Il me souvient que dans le temps où vous honorâtes mon couvent de votre apparition, vous me dîtes que les lettres qu'on vous écrivait étaient quelquefois reçues par votre ex-mari . Il aura vu que je suis un galant presque aussi dangereux que Montcrif, quoique je ne sois pas si bien coiffé que lui, et voilà à peu près tout ce qu'il aura vu . Je crois que je vous parlais encore d’un galérien . Enfin je suis curieux de savoir si ma lettre vous est parvenue . Je serais encore plus curieux, madame, d'apprendre si vous êtes heureuse ; si votre brillante imagination vous fait goûter les plaisirs des illusions, ou si vous en avez de réels ; si vous tuez des perdrix ou si vous vous contentez de tuer le temps ; si vous avez vu Mlle Durancy, et si vous en avez été contente ; si vous avez lu le procès de Hume et de Jean-Jacques, et s'il vous a fait bailler .

N'allez-vous pas mettre M. Thomas de l’Académie ? L'abbé de Voisenon ne lui refusera pas sa voix . Le public lui donne la sienne , pour moi, madame, je vous donne la mienne car vous avez plus de goût et d'esprit que toute notre Académie ensemble .

Je suis bien content de M. le duc de Choiseul, c'est une belle âme .

Je me mets à vos pieds madame .

V. »

Écrire un commentaire