Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2016

Vous seriez bien étonné de trouver dans ce manuscrit quelques-unes de vos opinions, mais vous verriez que les anciens brachmanes qui pensaient comme vous et vos amis avaient plus de courage que vous .

...  Variante du XXIè siècle : "Et vous verriez que les anciens gaullistes qui pensaient comme vous [et qui d'abord pensaient , tout simplement] avaient plus de courage  que vous ."

Avis aux discoureurs de tout poil qui se disent inspirés par le grand Charles de * .

Trouvez-moi un rassembleur du peuple français dans cette meute de "Je suis le meilleur qu'il vous faut, votez pour moi, et les autres c'est de la m... !". Vous n'en trouvez pas ? étonnant ? non !

 Afficher l'image d'origine

 

 

« A monsieur le ministre Jacob Vernes

à Séligny

J'ai été malade, et de plus , très occupé, mon cher prêtre . Pardon si je vous réponds si tard sur le manuscrit indien ; ce sera le seul trésor qui nous restera de notre compagnie des Indes . M. de la Persillière n'a aucune part à cet ouvrage ; il a été réellement traduit à Bénarès, par un brame, correspondant de notre pauvre compagnie, qui entend assez bi[en]1 le français, et M. de Modave, commandant pour le roi, sur la côte de Coromandel, qui me vint voir il y a quelques mois, me fit présent de ce manuscrit . Il est assurément très authentique et doit avoir été fait longtemps avant l'expédition d'Alexandre, car aucun nom de fleuve, de montagne, ni de ville ne ressemble aux noms grecs que les compagnons d'Alexandre donnèrent à ces pays . Il faut un commentaire perpétuel pour savoir où l'on est, et à qui l'on a à faire .

Le manuscrit est intitulé Ezour Vedam, c'est-à-dire commentaire du Vedam . Il est d'autant plus ancien, qu'on y combat les commencements de l'idolâtrie . Je le crois de plusieurs siècles antérieur à Pythagore . Je l'ai envoyé à la bibliothèque du roi, et on l'y regarde comme un monument le plus précieux qu'elle possède . J'en ai une copie très informe, faite à la hâte, elle est aux Délices et vous savez que j'ai prêté les Délices à M. le duc de Villars .

Vous seriez bien étonné de trouver dans ce manuscrit quelques-unes de vos opinions, mais vous verriez que les anciens brachmanes qui pensaient comme vous et vos amis avaient plus de courage que vous .

Il est bien ridicule que vous ne puissiez consacrer mon église, et peut-être plus ridicule encore que je ne puisse la consacrer moi-même . Je vous embrasse au nom de Dieu seul .

Ferney 1er octobre 1761 . »

1 Le manuscrit est légèrement endommagé .

 

Écrire un commentaire