Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2016

Mais que puis-je dicter que des lamentations de Jérémie sur ma pauvre patrie qui était si florissante il y a quelques années , et qui est à présent un objet de pitié ?

... On croirait entendre un de ces candidats populistes à la présidentielle, vantant ses résultats réels ou supposés, du passé , et noircissant le tableau actuel pour se poser en phare du renouveau lumineux qui ne peux manquer d'advenir grâce à lui . Ouaip !! ni plus ni moins, chers tax payers ! pour du lavage de cerveau, c'est du lavage de cerveau, au Karcher si vous voyez ce que je veux dire , vivement la primaire pour lui rabattre son caquet, enfin .

Afficher l'image d'origine

Rien à ajouter .

 

 

 

 

« A Louise-Dorothée von Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha

Au château de Ferney 9 novembre 1761

Madame, tant que je serai encore au nombre des vivants je serai dans celui des adorateurs de vos vertus, et des cœurs reconnaissants rempli de vos bontés . J'arrache rarement à mon état de malade quelques moments où je puisse écrire . Car je suis presque toujours réduit à me faire lire, et à dicter . Mais que puis-je dicter que des lamentations de Jérémie sur ma pauvre patrie qui était si florissante il y a quelques années , et qui est à présent un objet de pitié ? J'ai dicté pourtant une tragédie bonne ou mauvaise que je compte avoir l'honneur d'envoyer dans quelques semaines à Votre Altesse Sérénissime . Que ne puis-je avoir du moins la consolation de l'amuser quelques moments, puisque celle d'être à ses pieds à Gotha m'est refusée ?

Il me paraît que le roi d'Angleterre en faisant un choix n'a pas donné la pomme à la plus belle 1, car quoique toutes les reines soient toujours sans contredit des prodiges de beauté, cependant je connais une princesse qui autant qu'il m'en souvient doit l'emporter sur les reines mariées et à marier . J'ai peur que le roi d'Angleterre n'ait pas été aussi bien servi dans ses amours qu'à la guerre .

Je suis entouré ici de Russes qui dictent qu'ils prendront Colberg et d’Allemands qui assurent que le siège est levé . Je suis comme celui qui disait, les uns croient le [car]dinal 2 vicaire mort, les autres le croient vivant, et moi je ne crois ni l'un ni l'autre .

Il y a une ode d'un Suisse de Berne contre tous les rois qui sont en guerre, il les traite tous de brigands et de perturbateurs du repos public . Il y a dans cet ouvrage des morceaux terribles . Cela ne nous regarde pas nous autres pauvres Français, car nous n'avons pas fait grand mal .

Que Votre Altesse Sérénissime daigne agréer le profond respect du Suisse .

V. »

2La page 3 du manuscrit commence ici, et en y passant V* a oublié le début du mot .

 

Écrire un commentaire