Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2017

Les hommes seront toujours fous ; et ceux qui croient les guérir, sont les plus fous de la bande . Ce qu'il y a de bon, c'est que toutes les espérances des politiques sont toujours trompées

... No comment .

070et pie c tou.JPG

Et pie c tou'

 

 

 

 

« A Louise-Dorothée von Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha

[vers le 30 janvier 1762] 1

Madame,

Je perds beaucoup à la mort de l’impératrice de Russie . Mais je suis consolé si Votre Altesse Sérénissime est heureuse, si elle est en parfaite santé, si ses États ne se ressentent point des suites de cette funeste guerre qui désole presque toute l'Europe . Je dis au premier coup de canon, en voilà pour sept ans au moins ; et j'ai eu le malheur d'être prophète . Cela est un peu plus loin de la paix perpétuelle que Jean-Jacques Rousseau a si généreusement proposée d'après le vertueux visionnaire l'abbé de Saint-Pierre . Les hommes seront toujours fous ; et ceux qui croient les guérir, sont les plus fous de la bande . Ce qu'il y a de bon, c'est que toutes les espérances des politiques sont toujours trompées, et que cette expérience ne les détrompera jamais . Ceux qui se contentent de prévoir que les nations deviendront très malheureuses par les fautes de cette politique, sont les seuls qui aient raison . »

1 Daté d'après la mort de l'impératrice de Russie, voir lettre du 29 janvier 1762 à Chennevières : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/01/21/il-est-vrai-qu-il-a-eu-souvent-dans-la-tete-et-dans-le-coeur-5901774.html . Schouvalov avait écrit quelques jours auparavant à V* pour lui annoncer la mort de l'impératrice . La présente lettre répond à une lettre de la duchesse du 19 janvier 1762 .

 

Écrire un commentaire