Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2017

Il est juste que je travaille un peu pour mon plaisir

... Voltaire en vaut la peine, et Mam'zelle Wagnière le sait/fait aussi .

 

DSCF0293 reborn.jpg

 

 

 

« A Henri Lambert d'Herbigny, marquis de Thibouville

25 février [1762] 1

Non, cela n’est pas vrai, avec le respect que je vous dois . Vous n’avez point lu Cassandre . Vous avez lu, monsieur le marquis, une esquisse de Cassandre, à laquelle il manque cent coups de pinceau, et dont quelques figures sont estropiées . Dieu seul peut créer le monde en huit jours ; mais je n’ai pu créer que le chaos . Ce n’est pas sans peine que je crois enfin l’avoir débrouillé . Cassandre et Olympie n’intéressaient pas assez, et toutes les critiques qu’on peut faire n’approchent pas de celle-là . C’est l’intérêt de ces deux amants qui doit être le pivot de la pièce, sans préjudice de vingt autres détails . La première chose qu’il faut faire est donc que M. d’Argental ait la bonté de me renvoyer l’original, sur lequel on recollera proprement une soixantaine de vers absolument nécessaires ; ensuite Mlle Clairon verra peut-être que le rôle d’Olympie est plus intéressant que celui d’Electre, qu’elle a joué quand mademoiselle Dumesnil a joué Clytemnestre .

Au reste, j’ai très peu d’empressement pour donner cette pièce au théâtre . Nous allons la jouer à Ferney . Il est juste que je travaille un peu pour mon plaisir et pour celui de madame Denis. Si je livrais cette pièce aux comédiens, je ne voudrais pas leur abandonner la part d’auteur, comme j’ai fait dans les pièces précédentes. Je voudrais que cette part fût pour mademoiselle Clairon, mademoiselle Dumesnil, et Lekain. Mais nous n’en sommes pas là . Il faudrait que je fusse à Paris pour diriger cette pièce, qui est toute d’appareil et de spectacle, et qui d’ailleurs n’est guère du ton ordinaire . Le ridicule est fort à craindre dans tout ce qui est hasardé . Mais il est impossible que j’aille à Paris . Ni mon goût, ni mon âge, ni ma santé, ni Corneille, ne le permettent. Je me vois avec douleur privé de la consolation de vous revoir : car vous ne quitterez point le théâtre de Paris pour celui de Ferney. Conservez-moi vos bontés, et soyez sûr que j’en sens tout le prix .

V. »

1 La lettre à laquelle répond V* n'est pas connue .

 

Écrire un commentaire