Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2017

Je les félicite de vivre ensemble, et surtout de vivre à la campagne dans un temps aussi malheureux, où les plaisirs sont aussi dérangés que les affaires

... Je vous laisse le soin de définir les couples intéressés, mais non intéressants, vivant "la campagne" (présidentielle, comme vous savez ) et non pas seulement "à la campagne" , complètement "dérangés" (crazy, nuts ) à cause de leurs "affaires" . Je vous mets sur la voie : deux couples de droite cherchant à décrocher le pompon, ce sont , ce sont ...  OK !

 Le Grand Débat

Le Couple légitime ...

 

 http://blog.causeur.fr/bonnetdane/files/2016/10/MLP-1.jpg

Le couple illégitime

 

 

« A Marie-Elisabeth de Dompierre de Fontaine, marquise de Florian

20 mai 1762, aux Délices

Je suis encore assez mal, mais tous mes maux sont adoucis par l’idée que M. et madame de Florian sont heureux 1. Je les félicite de vivre ensemble, et surtout de vivre à la campagne dans un temps aussi malheureux, où les plaisirs sont aussi dérangés que les affaires.

Je ne sais si M. de Florian a entendu parler de l’horrible aventure de la famille des Calas en Languedoc. Il s’agit de savoir si un père et une mère ont pendu leur fils par tendresse pour la secte de Calvin, et si un frère a aidé à pendre son frère ; ou si les juges ont fait expirer sur la roue un père innocent par amitié pour la religion romaine. L’un ou l’autre cas est digne des siècles des Malagrida, des Damiens, et des billets de confession. Heureux les philosophes qui passent leur vie loin des fous et des fanatiques !

Je suppose que M. l’abbé Mignot est dans votre beau château d’Hornoy, et qu’il partage votre bonheur. N’avez-vous pas aussi un oncle de M. de Florian ? Voilà un heureux oncle. Ceux qui sont malades, et surtout à cent cinquante lieues de vous, ne sont pas si heureux. Je sens très bien qu’un beau lac, un paysage de Claude Lorrain, un château d’une architecture charmante, un théâtre des plus jolis de l’Europe, ne font pas la félicité, et qu’il vaudrait mieux achever sa vie avec toute sa famille.

Ma chère nièce, il est triste d’être loin de vous. Lisez et relisez Jean Meslier ; c’est un bon curé. »

 

 

Écrire un commentaire