Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2017

On a trouvé vos saucissons excellents

... Ceci n'est pas un message publicitaire pour un certain Justin B*** ou une certaine Monique R***, mais un hommage à quelques charcutiers qui faisaient bien leur métier dans le beau pays de Gex, du temps que j'y étais, et je souhaite qu'il en reste encore au moins un . Le sauc's de supermarché, on les subit plus qu'on ne les choisit, un peu comme nos députés et nos présidents !

Et pour vous prouver que j'aime la poésie :

 https://www.youtube.com/watch?v=wUabz5ggpNc

 Résultat de recherche d'images pour "saucissons politiciens"

 Oui, Bernadette, j'aime ça !

 

 

« A François-Achard Joumard Tison, marquis d'Argence

par Angoulême

En son château de Dirac

20è mai 1762, aux Délices 1

Non seulement je suis paresseux, monsieur, mais il s'est joint à ce vice une maladie qui a passé quelque temps pour mortelle . Je suis encore très faible . Je ne peux avoir l'honneur de vous écrire de ma main . On a trouvé vos saucissons excellents, pour moi, j'ai été bien loin d'en pouvoir manger, mais je vous en remercie, au nom de tout ce qui est aux Délices .

Que vous êtes sage et heureux, monsieur, d'habiter dans vos terres, et de ne point voir de près tous les malheurs de la France ! Notre seule félicité consiste à chasser les jésuites, et à conserver environ quatre vingt mille autres moines qui dévorent le peu de substance qui nous reste . Il est bien ridicule d'avoir tant de moines, et si peu de matelots . Adieu, monsieur, un malade ne peut faire de longues lettres ; je regrette toujours que les Délices et Ferney soient si loin d’Angoulême, et je vous regretterai toute ma vie . Comptez que vous n'avez point de serviteur plus inviolablement attaché que V. »

1 Le même jour, George Keate écrit à Bonnet : « A l'égard de mon livre sur votre gouvernement [ voir lettre à Keate du 10 février 1762 : ] , il [ne] me servira à rien de vous en parler davantage, dès qu'on a défendu la traduction de M. de Vol[tai]r[e] à cause de certains défauts, qu'on refuse de me communiquer . […] on s'est conduit à Genève vis-à-vis de moi avec toute la finesse possible dans l'instant que je témoignai m[on] zèle et mon attachement à votre État . Je croyais jusqu'à présent que c'était dans la république de Genève que l'erreur fut corrigée, et ceux qui s'étaient égarés furent ramenés à la vérité . Comment donc ai-je péc[hé] au delà de toute grâce d'étre excommunié, et de perdre un droit que tout le monde avait ? »

 

Écrire un commentaire