Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2017

afin de ne lui pas donner le dégoût de penser que je n'ai pas en lui la confiance que je lui dois

... A peut-être pensé Emmanuel Macron après avoir contacté Edouard Philippe, donné son programme et exposé ce qu'il attend de lui et sa nouvelle équipe, afin de lui confier la direction du gouvernement . Toujours est-il que cette/ces nomination(s) ne sont pas faites à la va-vite et ne sont pas des récompenses pour services rendus, -réels ou fictifs,-  comme on a pu le voir dans des gouvernements récents ; ça change heureusement la donne .

Et , sacré nom de Zeus ( je tiens à rester poli avec vous, lecteurs), qu'on arrête de parler de "prise" , comme s'il s'agissait d'un pion, concernant un ministre disposant de son libre-arbitre d'homme face à un président qui propose et n'agit pas en conquérant avide de vider les rangs des partis,  à priori, adverses , ce qui serait parfaitement improductif et il le sait bien . Journalistes de tout poil, vous pouvez être particulièrement stupides dans vos "accroches" , et sachez que vous n'avez aucune "prise" sur moi .

 Image associée

Et tu es bien le seul, cervelle de piaf !

 

 

« A Dominique Audibert

Aux Délices 30 juin [1762] 1

Je vous écris, monsieur, ce petit billet 2 pour ne vous pas ruiner en port de lettres . Ma reconnaissance est aussi grande que ma lettre est courte . Voici ma procuration . Tout ce que vous ferez sera bien fait . Puisse M. le marquis de Saint-Tropez me payer longtemps . Il lui sera aisé de vous faire passer à Marseille ma 3 petite rente, et à vous, monsieur de me la faire tenir à Genève dorénavant, puisque vous voulez bien avoir la bonté de vous en charger . Je me remets à vous de mon temporel, et quand au spirituel, il vous attend sur le théâtre de Ferney .

Avez-vous entendu parler de la veuve Calas ? Cette horrible aventure va enfin être connue à Paris et à la cour . Je crois que les juges de Toulouse n'ont qu'à pleurer et à réparer leur arrêt .

Votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire .

N.B. – Mon contrat doit être chez M. de Laleu, notaire, rue Sainte-Croix-de-La-Bretonnerie 4 . Je lui écris qu'il ait la bonté de vous le donner et je lui mande que j'ai des comptes à faire avec vous, afin de ne lui pas donner le dégoût de penser que je n'ai pas en lui la confiance que je lui dois .

1 Manuscrit olographe sur lequel Audibert a noté « Voltaire / rép[ondu]le 20 juillet 1762 ».

2 Le manuscrit est de quatre pages de 11,5 cm sur 8,25 cm .

3 V* avait commencé à écrire cet .

 

Écrire un commentaire