Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2017

si on peut aider les enfants qui sont ici, en même temps qu'on secourra la mère

... Dans notre politique d'accueil des réfugiés, on aura fait un grand pas vers  la solidarité et la paix . "Si on peut ", et d'abord si on veut .

 Résultat de recherche d'images pour "aider les enfants humour"

 

 

« A Philippe Debrus

derrière le Rhône

à Genève

[30 juin 1762 ?] 1

J'ai à peu près vingt quatre louis, mon cher monsieur, dont il faut disposer en faveur de la famille Calas . Je m'en rapporterai à votre prudence pour savoir si on peut aider les enfants qui sont ici, en même temps qu'on secourra la mère . Je crois qu'à présent elle n'est pas dans le besoin . Je distribuerai cet argent de la manière dont vous l'ordonnerez . Nous aurons encore quelques autres secours en temps et lieu . J'embrasse MM. de Végobre et Cathala et tous vos amis . Je vous trouvai sorti hier . Je vous fais mon compliment sur votre santé ; nous avons le soleil de Languedoc, c'est la seule bénédiction de ce pays-là .

V. »

1 Mention sur le manuscrit : « R. le 30 juin »

 

Commentaires

Je suis entièrement d'accord pour aider les réfugiés mais il faudrait aussi et surtout aider les pauvres de notre pays AVANT TOUT.

Beaucoup trop de gens qui ne mangent pas à leur faim, qui galèrent sans arrêt pour payer à droite et à gauche les impôts, l'eau, l'électricité, la nourriture hors de prix depuis le passage à l'euro, etc...

Sans parler des petits-vieux...

Et, à côté de tout ça, on apprend par les infos que les Grands de ce monde encaissent des sommes énormes sans avoir trop rien à faire, si ce n'est à s'amuser, à rire, à manger et à s'enivrer (je ne citerai pas Fillon... qui, lui, se dépatouille pour faire payer à sa femme un salaire pour ne rien faire, ni l'autre ex-futur ministre qui a la maladie pour ne pas payer ni déclarer ses impôts - mais où l'on attend des années pour le mettre en justice alors qu'un pauvre au bout de l'année d'impayé d'impôt sera saisi et mis à la rue, enfant ou pas !)

Je suis écoeurée de tout ça. Franchement.


Désolée, Mister James, c'était mon coup de gueule de l'année 2017 !!!!

Sinon, je pense bien à vous.

Votre m'amzelle Wagnière. :)

Écrit par : lovevoltaire | 19/05/2017

Répondre à ce commentaire

"Coup de gueule 2017 !" : je serais heureux si nos politiques ne nous donnent pas de motifs d'en avoir d'autres d'ici longtemps .
Je me joins à votre colère également pour les motifs que vous donnez et qui sont tristement exacts .
Par mon titre et sous titre, j'ai bien dit "si on peut et si on veut", et c'est là que le bât blesse ; il semblerait bien qu'on ne veuille pas apporter l'aide indispensable aux nécessiteux d'une manière logique (sans gaspillage comme actuellement et aux bénéfices de logeurs ignobles) et que cette aide soit décidée ( ou malheureusement refusée ) par des nantis indignes . Si réforme il y a, --et il faut absolument qu'elle existe,-- pour combattre la pauvreté dans notre pays, il est vrai que l'aide aux migrants sera réduite au strict nécessaire . C'est une triste obligation dans le contexte actuel , d 'où mon choix de la citation du Dalaï Lama .
Heureusement , des gestes d'entraide sont encore d'actualité , même en bravant des lois injustes ; que les futurs élus en tiennent compte dans leur législature .

Ma pétillante Mam'zelle Wagnière , je vous embrasse de tout coeur .

Écrit par : James | 20/05/2017

Écrire un commentaire