Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2017

Je vois, monsieur, que les finances d'un royaume sont difficiles à gouverner, puisque je n'ai pu mettre encore dans les miennes l'ordre que je désirais

... Combien sommes-nous à nous dire la même chose ? Combien sommes-nous à craindre des coupes budgétaires et des taxes et impositions confiscatoires ? Nous sommes la majorité, je crois, en ce cas . Les banques, elles, ne sont guère inquiètes .

 Image associée

Dédié à qui sait ce dont un banquier est capable !

 

 

« A Ami Camp, Banquier

à Lyon

Aux Délices 4 auguste 1762

Je vois, monsieur, que les finances d'un royaume sont difficiles à gouverner, puisque je n'ai pu mettre encore dans les miennes l'ordre que je désirais .

Je le flatte enfin que j'en viens à bout grâces à vos bontés . Il n'y aura plus de petites parties, plus de petites lettres de change pour les marchands de Genève . M. de Laleu , secrétaire du roi, notaire rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, consent à donner à commencer du dernier juillet cent vingt louis d'or par mois qui suffiront assurément pour le courant d'une maison, très bien pourvue de tout . J'aurai quelque argent comptant pour faire face aux affaires imprévues et je laisserai entre vos mains cent cinquante mille livres auxquelles je ne toucherai certainement pas .

Ainsi monsieur si vous voulez avoir la bonté de nous faire parvenir cent vingt louis de mois en mois tirés sur M. de Laleu qui les paiera à votre ordre, tout sera dans la règle la plus simple . Vous pouvez dès ce moment vous faire payer de ces cent vingt premiers louis – et ainsi les premiers jours de chaque mois . Je vous supplierai en même temps d'avoir la bonté de me faire parvenir ce que vous pourrez d'argent en laissant subsister dans votre caisse les cent cinquante mille livres . J'ai la vanité de croire que vous me regarderez comme un bon économe .

Tout ce qui est aux Délices vous embrasse de tout son cœur, et surtout moi qui serai toute ma vie avec le plus tendre attachement, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur .

V. »

 

Commentaires

Mais de qui donc parlez-vous, mister James ? :)

Heuuuu, je suis un peu plus mince, quand même, et moins âgée aussi, hein ? :)
___

En tout cas, cela résume tout à fait ce que je pense des banques et banquiers. Merci pour cette mise en lumière sur les brigands du nouveau millénaire !

Pourtant, à une époque, ils ont eu besoin d'être aidé pour se remettre sur les rails ...
... sans autre commentaire...
___

Bonne journée à vous, mister James.

Écrit par : lovevoltaire | 30/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire