Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2017

Tantum relligio potuit suadere malorum / Tant la religion a pu conseiller de crimes . Cette superstition est une hydre toujours renaissante

... Terriblement vrai, de toute éternité, et pour longtemps encore, trop d'intérêts sont en jeu, toutes croyances confondues . Qui pourra en voir la fin ? surement seulement le dernier humain encore vivant avant l'extinction définitive de notre espèce .

 

 

« A Élie Bertrand premier

pasteur de l’Église française

à Berne

A Ferney 7 octobre [1762]

Ma cour a été suffisamment garnie de pairs, mon cher philosophe . Le fracas de nos plaisirs est passé . Me voilà rendu à la tranquillité dont ma vieillesse et ma mauvaise santé ont besoin .

Il me tarde bien de vous embrasser . Vous saurez en attendant que la cruelle aventure des Calas prend le train le plus favorable . J'ai fait faire à Paris un mémoire signé de quinze avocats . L'affaire est au conseil . J'espère que nous apprendrons aux juges à ne se plus jouer du sang innocent . Dieu merci nous n'avons point à Paris de pénitents blancs . Ce n'est pas une petite besogne de plaider contre un parlement . Cependant je l'ai entrepris , et j'ai été soutenu par l'amour de l'humanité . La superstition seule a fait rouer le malheureux Calas . Tantum relligio potuit suadere malorum 1. Cette superstition est une hydre toujours renaissante . On ne peut détruire toutes ses têtes, mais il est bon d'en couper quelqu’une de temps en temps .

Je vais écrire pour vous faire avoir vos deux volumes de figures encyclopédiques . Savez-vous que l'impératrice de Russie veut qu'on imprime l'Encyclopédie chez elle à ses dépens ?

Présentez je vous en supplie mes respects à M. et Mme de Fridenrik, et aimez-moi toujours un peu .

V. »

1 Tant la religion a pu conseiller de crimes ; Lucrèce, De natura rerum, I, 101 .

Écrire un commentaire