Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2018

Nous étions convenus, malgré la loi de l’histoire, de supprimer des vérités,...,si vous y trouvez quelque vérité qu’il faille encore immoler aux convenances, ayez la bonté de m’en avertir

...

 

«  A Etienne-Noël Damilaville

1er février 1763 1

En réponse à la lettre du 26 .

Je serais bien fâché, mon cher frère, que le libraire Cramer eût apporté un exemplaire de l’Histoire générale à Paris, s’il l’avait déposé en d’autres mains que les vôtres . Non seulement il y manque les cartons nécessaires pour les fautes d’impression, mais pour les miennes. Nous étions convenus, malgré la loi de l’histoire, de supprimer des vérités, et surtout celles dont vous me parlez . Les corrections sont faites , il y a plus de quinze jours et l'autre Cramer les aurait déjà imprimées s'il n'attendait des feuilles nouvelles pour achever l'édition . Je ne peux trop vous remercier de vos réflexions judicieuses dictées par le bon sens et par l'amitié . Je ne sais comment vous n'avez que quatre tomes, car il y en a huit et celui dont vous me parlez est le huitième . Donnez-vous, à votre loisir, mon cher frère, le plaisir ou le dégoût de les parcourir ; et si vous y trouvez quelque vérité qu’il faille encore immoler aux convenances, ayez la bonté de m’en avertir.

Catherine s’immortalise par sa lettre 2, et frère d’Alembert par ses refus. Ainsi donc on avertit de mille lieues notre ministère que nous avons dans notre patrie des hommes d’un génie supérieur.

Au reste mon cher frère que la seconde édition soit munie ou non d'une permission, qu'elle entre ou on dans le royaume, c'est l'affaire des Cramer et non la mienne . Je leur ai fait présent du manuscrit . Ils entendront assez bien leurs intérêts pour débiter leur marchandise . Le grand point est que le Cramer voyageur n'ai pas apporté à Paris d'autre exemplaire ; c'est un grand service que vous me rendrez de ne pas montrer la vôtre, avant que vous ayez les nouvelles feuilles .  

C’est une aventure assez comique ce celle que j’ai eue avec Pindare Le Brun 3, en vous envoyant un paquet pour lui 4, dans le temps que vous me dépêchiez ses rabâchages contre moi. Je lui fais part, dans ce paquet, du mariage de mademoiselle Corneille, qui est le fruit de sa belle ode . Je lui envoie des lettres pour Mlles de Villagenou et Félix, nièces de M. du Tillet, qui, les premières, tirèrent mademoiselle Corneille de son état malheureux, et auxquelles elle doit une reconnaissance éternelle. Je l’accable de politesses qui doivent lui tenir lieu de châtiment. Mes pauvres yeux souffrent horriblement en écrivant ; cependant continuons ; un dictionnaire de médecine me viendrait à merveille dans l'état où je suis . Il n'y aurait qu'à l'envoyer à M. Camp à Lyon par la diligence . Pour l'Appel à la raison, il pourrait venir par la poste . Je supplie mon cher frère d'avoir la bonté d'envoyer à son loisir chez M. de Laleu, notaire, rue sainte-Croix-de-la Bretonnerie . Si mon frère Thieriot n’aime pas à écrire, il devrait du moins faire chercher des livres et ne pas laisser mourir son frère de faim .

Je vous embrasse bien cordialement, mon cher frère.

Écrasez l’infâme .»

1 L'édition de Kehl fond cette lettre abrégée et très déformée dans la lettre du 4 février 1763, le tout daté du 1er février 1763 .

2 Lettre adressée à d'Alembert le 13 novembre 1762 pour lui offrir la place de précepteur du grand-duc de Russie. On donne plus de détails à ce propos dans la lettre du 4 février 1763 à d'Alembert .

3 Ce surnom de Le Brun a persisté jusqu'à nos jours .

Écrire un commentaire