Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2018

De moi je suis assez content ; allons, saute, marquis !

... Et je veux être le patron des patrons ! diantre ! fichtre !" clame Geoffroy Roux de Bezieux, auteur de "Salauds de patrons"

http://www.20minutes.fr/economie/2207655-20180123-medef-g...

 Image associée

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

21è février 1763 1

Il est bon quelquefois que des anges s’égaient. L’accompagnement de l’hymne à M. de Pompignan est fort bon, et le refrain, quand on est dix ou douze, est très plaisant à chanter. Pour les éclaircissements historiques, ils sont du plus grand sérieux. Pour Adélaïde elle est détestable, vous dis-je ; cette blessure de l'amoureux qui n'est nécessaire ni à l'intrigue, ni au dénouement est pitoyable . Un Vendôme qui veut assassiner son frère, est une horreur dégoutante .

Pour Zulime, je crois qu’il ne la faut pas donner seule, mais attendre qu’on puisse imprimer deux ou trois pièces à la fois 2. Si je pouvais fortifier un peu le rôle de ce benêt de Ramire, je crois que je ne ferais point mal. Pour Mariamne, je la trouve assez bien ; je crois qu’elle fera effet ; je crois qu’on pourra l’imprimer avec le Droit du Seigneur. Pour Olympie, qu’on appelle Oh l’impie ! et qui cependant est très pie, je dirai comme M. de Pompignan :

De moi je suis assez content (2) 3; allons, saute, marquis !4

Corneille va son train. Ah ! le pauvre homme ! qu’il me fait trouver Racine divin !

Eh ! mes anges ne me parlent point de la pièce de Dupuis et Desronais, et pas un mot du discours de l’abbé de Voisenon ; et M. le Président de La Marche ne m’envoie point ma pancarte nécessaire ; et madame Denis est toujours malade ; et mes petits mariés s’aiment encore à la folie, quoique au bout de huit jours. Mes anges ! il y a bientôt soixante ans que j’ai commencé à aimer l’un de vous deux, et je suis toujours à tous deux avec respect et tendresse.

Mais dites donc comme vont vos yeux ? Je perds les miens, et je deviens sourd comme un pot.

V. »

1 L'édition de Kehl omet, à la suite de la copie Beaumarchais, la fin du premier paragraphe à partir de Pour Adélaïde ...

3 Voir l'Hymne chanté à Pompignan : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/poesie-hymne-ch...

Écrire un commentaire