Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2018

Les libraires sont comme les prêtres, ils se ressemblent tous, il n'y en a aucun qui ne sacrifiât son père et sa mère à un petit intérêt typographique

... Notons bien qu'il ne s'agit pas ici des libraires qui vendent les livres, -gens honorables et que j'aime,- mais au sens ancien, ceux qui éditaient les livres et se fichaient complètement des auteurs . De nos jours, ceux qui se rapprochent le plus de cette définition tranchante de Voltaire, sont les éditeurs de la presse people,  et à scandales, chacals modernes incontestablement .

 Résultat de recherche d'images pour "presse à scandale"

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

13 février 1763 1

Mme Denis étant malade, le jeune Dupuits et Marie Corneille étant très occupés de leur premier devoir , qui n'est pas tout à fait d'écrire, moi, l'aveugle V. entouré de quatre pieds de neige, je dicte la réponse à la lettre de Mme d'Argental, du 7 de février : et voici comme je m'y prends .

Cujas 2, Charles Dumoulin 3, Tiraqueau 4, n'auraient jamais parlé plus doctement et plus solidement de la validité d'un contrat 5 et nous tombons d'accord de tout ce qu'y disent nos anges . Je n’ai point vu le modèle de consentement paternel que Mme Denis avait envoyé à Mme d'Argental ; elle écrit quelquefois sans daigner me consulter . Je ne sais quel est l'âne qui lui avait donné ce beau modèle de consentement . Le contrat est dressé dans toutes les règles, et le mariage fait dans toutes les formes, les deux amants très heureux, les parents enchantés, et à nos neiges près, tout va le mieux du monde . Ce qu'il y a de bon, c'est que quand même les souscriptions ne rendraient pas ce qu'on a espéré, le conjoint et la conjointe jouiraient encore d'un sort très agréable . Il ne nous reste donc qu'à nous mettre aux pieds de nos anges, et à les remercier du fond de notre cœur .

S'ils veulent s'amuser de cette horrible feuille qui devait tant déplaire à Messieurs, la voici . Elle est un peu contre ma conscience . Je veux bien que le coadjuteur sache qu'on trouve à la feuille suivante, qu'un des messieurs qui avait été traité avec plus de sévérité que les autres, fonda dans son abbaye à perpétuité, une messe pour la conservation du roi 6. J'ai cru ce trait digne d'être remarqué, j'ai cru qu'il peignait nos mœurs, et il y a environ douze batailles dont je n'ai point parlé, Dieu merci, parce que j'écris l'histoire de l'esprit humain, et non pas une gazette .

Je ne doute pas que vous n'ayez la petite addition à l'Histoire générale, sous le nom d’Éclaircissements historiques 7 ; il ne m'importe guère qu'il y en ait un peu ou beaucoup d'exemplaires répandus ; cela n'est bon d'ailleurs que pour un certain nombre de personnes qui sont au fait de l'histoire, le reste de Paris n'étant qu'au fait des romans .

Passons de l'histoire au tripot . Mon avis est que ce carême on donne Zulime suivant la petite leçon que j'ai envoyée ; pendant ce temps-là j'achèverai une belle lettre scientifique sur l'amour, j'entends l'amour du théâtre, dédiée à Mlle Clairon .

Au reste , le débit de Zulime est un très mince objet, et je doute qu’il se trouve un libraire qui en donne cinq cents livres ; encore voudra-t-il un abandon de privilège, comme a fait ce petit misérable Prault, ce qui gêne extrêmement l'impression du théâtre de V. Les libraires sont comme les prêtres, ils se ressemblent tous, il n'y en a aucun qui ne sacrifiât son père et sa mère à un petit intérêt typographique .

Je pense qu'il ne serait pas mal de faire un petit volume de Zulime, Mariamne, Olympie, Le Droit du seigneur 8, et d'exiger du libraire qu'il donnât une somme honnête à Mlle Clairon et à Lekain, soit que ce libraire fût Cramer, soit un autre .

Mais mes anges ne me parlent jamais de ce qui se passe dans le royaume du tripot ; ils ne me disent point si Mlle Dupuis et M. Desronais enchantent tout Paris ; si Goldoni est venu apporter en France la véritable comédie ; si l'opéra-comique est toujours le spectacle des nations ; s'il est vrai qu'il y a deux jésuites qui vendent de l'orviétan sur le Pont-Neuf . Jamais mes anges ne me disent rien ni des livres nouveaux, ni des nouvelles sottises, ni de tout ce qui peut amuser les honnêtes gens ; rien sur l'abbé de Voisenon, rien même sur les Calas, objet très important, dont je n'ai aucune notion depuis huit jours . Cela n'empêche pas que je ne baise avec transport le bout des ailes de mes anges .

Nous demandons pardon à mes anges des ratures de mon épître, mais je suis accablé d'affaires .

V. »

1 L'édition de Kehl donne par mégarde Damilaville pour correspondant, et omet le dernier paragraphe, ainsi que les éditions suivantes .

2 Jacques Cujas, savant éditeur du Corpus juris civilis, et autres recueils de lois . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cujas

et : http://data.bnf.fr/13008755/jacques_cujas/

3 Dumoulin est un fameux historien du droit français, souvent cité à côté de Barthole ; voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Dumoulin

et : http://data.bnf.fr/12198126/charles_du_moulin/

4 André Tiraqueau est l'auteur de traités de jurisprudence ; voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Tiraqueau

et : http://data.bnf.fr/12095542/andre_tiraqueau/

6 Ce passage fut ultérieurement transféré au chapitre XXXVII du Précis du siècle de Louis XV ; voir : https://fr.wikisource.org/wiki/Pr%C3%A9cis_du_si%C3%A8cle_de_Louis_XV/Chapitre_37

7 Ceux-ci sont signalés comme imprimés par une lettre d'un des inspecteurs de la librairie, Picquet, à Malesherbes, le 29 janvier 1763 .

8 V* reprit l'idée dans la lettre du 21 février 1763 à d'Argental [http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-8.html ] et il y revint , et il semble ( voir lettre du 13 juin 1763 au même ) que le volume parut finalement, ne comprenant qu'Olympie, Zulime et Le Droit du seigneur . C'est peut-être le Supplément aux œuvres dramatiques de Voltaire, in-8°, mentionné par Quérard dans sa Bibliographie voltairienne , 1842 , voir : https://books.google.ru/books?id=Zu8-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

Écrire un commentaire