Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2018

Ma patrie a certainement plus besoin d'officiers comme vous, et en tout genre elle a besoin d'hommes

... Le Service National Universel y contribuera-t-il ?

https://www.sudouest.fr/2018/06/26/service-national-unive...

 

 

« Au colonel David-Louis Constant de Rebecque, seigneur d'Hermenches

etc.

à Lausanne 1

Ferney 12è juillet 1763

J'ai écrit, monsieur, je vous ai obéi avec un zèle auquel je crains que le succès ne réponde pas . Si on me fait réponse, j'aurai l'honneur de vous en instruire . Vous savez combien il me serait doux de vous servir , et combien je serais flatté de vous avoir pour compatriote . Ma patrie a certainement plus besoin d'officiers comme vous, et en tout genre elle a besoin d'hommes . Je suis étonné que vous ayez lu le petit traité sur la tolérance 2, et je suis honteux que vous ne l'ayez pas eu de ma main . Je crois qu'il faut encore attendre quelque temps . Les pièces du procès des Calas ne sont arrivées à Paris que la semaine passée ; le procureur général de Toulouse a eu l’infamie de supprimer les requêtes que le malheureux Calas avait présentées pour faire entendre les témoins qui devaient déposer en sa faveur . Ce Pilate en sera pour son infamie . Nous allons pousser l'affaire avec la plus grande chaleur . J'en ai de mon côté qui me prennent une partie de mon temps ; il est précieux à mon âge et je voudrais le passer avec vous . Conservez-moi des bontés qui font le charme de ma vie . »

1 Ces deux mots sont, sur le manuscrit, rayés et remplacés par « à Hermenches » et, d'une autre main encore, « pour Moudon ».

2 On voit ici que la publication du Traité sur la tolérance fut suspendue quelque temps alors que l'ouvrage était déjà imprimé .

Écrire un commentaire