Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2018

mon cher ami ; il faut que vous réchauffiez l'Académie

... Mais qui est le "chauffeur" aujourd'hui ?

http://www.academie-francaise.fr/actualites

 Je ne connais que Frédéric Mitterrand, les trois autres sont, à mes yeux d'ignare, de parfaits inconnus . La verve mitterrandienne pourrait effectivement mettre un peu plus de couleur sous la coupole . A suivre ...

 Résultat de recherche d'images pour "frédéric mitterrand académie française"

 Et s'il est élu, il sera -à ma connaissance- le seul académicien à brûler les planches ("Bonsoir", à l'automnne 2018 )

 

 

« A Jean-François Marmontel

7è juillet 1763, à Ferney par Genève

Voilà le froid Bougainville mort 1, mon cher ami ; il faut que vous réchauffiez l'Académie . Je vais écrire à tous mes amis, ce n'est pas que vous en ayez besoin, c'est uniquement pour me faire honneur . J'ose croire même que vous n'aurez point de concurrent 2; votre excellent ouvrage vous ouvre toutes les portes . Il n'y a pas longtemps qu’étant las de faire des commentaires sur Corneille, j'ai renvoyé le lecteur à votre Poétique , en lui disant qu'il n'y en a point de meilleure .

Figurez-vous que je vous avais envoyé par M. Bouret une jolie édition de La Pucelle, avec quelques remarques sur la poésie hébraïque 3 que j'ai trouvée toujours d'une extravagance très insipide .

Adieu mon cher confrère, je vous embrasse avec la plus tendre amitié . »

2 Vers la fin du livre VII de ses Mémoires, Marmontel raconte comment il amena son rival Antoine-Léonard Thomas à retirer sa candidature : voir : page 278 : https://books.google.fr/books?id=92MuAAAAYAAJ&pg=PA289&lpg=PA289&dq=livre+VII+M%C3%A9moires+Marmontel&source=bl&ots=I7963NYOhL&sig=XO7rM_rqWLUXv0lp4brdFi0c7l0&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi18-qU5PDbAhWEPhQKHexnC_QQ6AEIUDAH#v=onepage&q=thomas&f=false

3 C'est donc à cette époque que V* fit le compte rendu de l’ouvrage de Robert Lowth, De sacre poesi Hebraeorum praeectiones acdemiae Osconi, 1763, qui ne parut dans la Gazette littéraire de l'Europe que le 30 septembre 1764 . le jugement qu'il porte dans la phrase suivante, sur la poésie hébraïque, inspirera plusieurs de ses ouvrages dans la années suivantes notamment Le Taureau blanc . Mais il ne rend pas compte des sentiments de V* à l'égard de la poésie de la Bible qui le fascine autant qu'elle l'irrite .

Écrire un commentaire