Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2018

il faut défendre les faibles

... Voltaire le dit, Voltaire le fait .

Malheureusement les occasions de le faire ne manquent pas, comme ici : https://www.20minutes.fr/monde/2317843-20180806-video-eta...

 Le taudis où étaient retenus les 11 enfants «qui ressemblaient à des réfugiés du Tiers-monde» à Amalia (Nouveau-Mexique), le 4 août 2018.

 Les humains peuvent être de sacrés salopards . Quelques-uns , comme Voltaire, agissent pour le bien, et  c'est la majorité, sinon ...

 

« A Etienne-Noël Damilaville

14 auguste [1763]

Mon cher frère, ma philosophie est réduite à ne vous parler que de procès depuis quelque temps . Les vingtièmes et les dîmes ont été mes problèmes, et voici un nouveau procès que vous m'annoncez, au sujet d'une farce anglicane . S'il y avait une étincelle de justice dans messieurs de la justice , ils verraient bien que l'affectation de mettre mon nom à la tête de cet ouvrage est une preuve que je n'en suis point l'éditeur, ils verraient que le titre qui porte Genève est encore une preuve qu'il n'a pas été imprimé à Genève . Mais Omer ne connait point les preuves . Je me crois obligé de le prévenir . J'envoie à mon neveu d'Hornoy, conseiller au parlement, un pouvoir 1 de poursuivre criminellement les éditeurs du libelle , et à vous mon cher frère j'envoie cette déclaration 2 que je vous supplie de faire mettre dans les Petites affiches en cas de besoin, et dans tous les papiers publics, le tout pour sauver l 'honneur de la philosophie .

Je vous ai dépêché parmi les paperasses immenses dont je vous ai accablé, une procédure concernant les jésuites mes voisins . Le serrurier de mon village ayant travaillé pour eux fut payé en deux voies de bois de chauffage . Les créanciers d'Ignace se sont imaginés que ce pauvre homme avait acheté des jésuites une grande forêt . Ils l'ont assigné à venir rendre compte au parlement de Paris . J'ai donc produit les défenses de mon serrurier : car il faut défendre les faibles ; et je vous les ai adressées pour mon procureur Pinon du Coudray . À quoi faut-il passer sa vie ! Et quel embarras je vous donne ! Il faut que vous soyez bien philosophe pour le souffrir .

Vive felix 3; et écr l'inf .

Nous l'écr – nous l'écr. »

1 Ce pouvoir a disparu, mais le texte figure dans l'édition Clogenson : « Ayant appris qu'on a imprimé à Paris et qu'on débite sous mon nom une prétendue tragédie anglaise intitulée Saül et David, je prie mon neveu M. d'Hornoy, conseiller au parlement, de bien vouloir donner de ma part un pouvoir au sieur Pinon du Coudray, procureur, de poursuivre criminellement les auteurs de cette manœuvre et de cette calomnie. / Fait aux Délices près de Genève, 13 auguste 1763./Voltaire. »

2 C'est l'avertissement qu'on a retrouvé dans la lettre du même jour à d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2018/08/06/il-n-est-pas-permis-de-tromper-ainsi-le-public-6070887.html

3 Vis heureux .

Écrire un commentaire