Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2018

le roi aura-t-il plus d’argent ? le public sera-t-il soulagé ? Voilà des questions qu’on peut faire à un homme de finances

... NB. -- Note remise en ligne le 25/12 pour le 19/12/2018 suite à suppression de la première édition par je ne sais qui .

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

19 décembre 1763

Mon cher frère, pourquoi M. Bertin a-t-il quitté ? est-ce M. de Laverdy qui a sa place ? le roi aura-t-il plus d’argent ? le public sera-t-il soulagé ? Voilà des questions qu’on peut faire à un homme de finances . Mais j’aime encore mieux vous parler de la Tolérance et de Ce qui plaît aux Dames. Peut-être n’est-il pas convenable qu’une bagatelle aussi gaie que le conte de messire Jean Robert paraisse dans le même temps qu’un ouvrage aussi sérieux que celui de la Tolérance. L’un ne fera-t-il pas tort à l’autre, et ne dira-t-on pas que ces deux écrits sont des jeux d’esprit, et qu’un homme qui traite à la fois de la religion et des fées est également indifférent pour ces deux objets ? Cette réflexion ne peut-elle pas faire quelque tort à la tolérance qu’on attend des plus honnêtes gens du royaume et des mieux disposés ?

D’ailleurs, en imprimant le conte, n’est-ce pas lui ôter sa fleur, et vous priver du plaisir d’en être dépositaire ? Vous êtes le maître absolu, faites comme vous voudrez ; tâchez que mon nom ne soit pas à la tête du conte. Je vois bien que vous me forcerez d’en faire de nouveaux, car un conte tout seul est trop peu de chose 1, et l’hiver est bien long . Ce qui plaît aux Dames est tiré en partie d’un vieux roman, et a même été traité en anglais par Driden 2. Tous les autres seront de ma façon, et n’en vaudront pas mieux.

Je fais des vœux au ciel pour que le livre de Du Marsais 3 public. Je m’en remets à votre sagesse qui égale votre zèle. Ce livre d’une morale saine, sera appuyé par quelques ouvrages de nos frères qui travaillent dans les pays étrangers. On sert de tous côtés la bonne cause ; et si son ennemie l’infâme subsiste encore chez les sots et chez les fripons, ce ne sera pas chez les honnêtes gens.

Que fait le tiède Thieriot ? Embrassez, je vous prie, pour moi, le grand frère Platon 4, que j’aime et que j’honore comme je le dois. Si on imprime le quaker, il ne faut pas oublier de mettre Shafsterburi, petit-fils et non fils du comte Shafsterburi, chancelier d’Angleterre.

C’est à la page 13 : « Celui que tu appelles le héros du parti philosophiste était le fils du comte Shafsterburi. ». Mettez à la place de ces mots :

Celui que tu appelles le héros du parti philosophiste était petit-fils du comte Shafsterburi, grand-chancelier d’Angleterre , le grand-père n’était qu’un politique, le petit-fils était un philosophe, 5 etc.

Pour mieux faire et pour vous épargner de la peine, mon cher frère, voici un exemplaire corrigé. »

1 Le conte parut dans le volume intitulé Contes de Guillaume Vadé quelques mois après la présente lettre .

2 D'après le conte de la femme de Bath, de Chaucer, dans les Canterbury tales, basé lui-même sur une source médiévale .Voir : https://lyricstranslate.com/fr/conte-de-la-femme-de-bath-lyrics.html

3 Il semble que Wagnière a encore oublié un mot, comme soit ou devienne, sinon plusieurs mots . Le « livre » est l'Analyse de la religion chrétienne .

4 Diderot .

5 La correction fut apportée à la fin de l'Instruction pastorale de l'humble évêque d'Alétopolis .

Écrire un commentaire