Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2019

il y aura des clabauderies, mais je suis endurci à la fatigue

... vient de me glisser à l'oreille Edouard Philippe !

Qu'on se le dise .

 Résultat de recherche d'images pour "édouard philippe fatigué"

Ils l'ont dans le dos !

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet , comtesse d'Argental

4è janvier 1764

Je n’envoie point de nouveaux contes à mes anges, sans savoir auparavant si Les Trois manières ont trouvé grâce devant leurs yeux . Je suis bien fâché qu'on ait imprimé Ce qui plait aux dames, et l’Éducation des filles ; c'est faner de petites fleurs qui ne sont agréables que quand on ne les vend pas au marché .

Je ne leur dis rien des Roués, je ne leur dis rien d'Olympie la religieuse, parce que c'est à eux à tout dire, à tout faire, à me conduire, à me donner leurs ordres .

Je ne dis rien de la Gazette littéraire, par la même raison .

Oserai-je prendre la liberté de leur adresser, et de mettre sous leur protection, ce petit paquet pour le bonhomme Corneille ? Je me flatte qu’avant qu'il soit un mois l'édition cornélienne paraîtra dans Paris, il y aura des clabauderies, mais je suis endurci à la fatigue .

J'ai préparé un grand mémoire sur Olympie, mes anges l'auront quand j'aurai reçu leurs commandements, que j'attends avec respects et tendresse . »

Écrire un commentaire