Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2019

la procession dans laquelle il marchait au derrière d'un jeune jésuite

... Comme disait le grand Jacques "Et quand je n'délire pas, j'en arrive à me dire
Qu'il est plus humiliant d'être suivi que suivant", ce qui bien sûr n'ajoute aucune valeur aux deux protagonistes , et le "derrière d'un jeune jésuite" ne regarde ni le pape et ni ses subordonnés .

Résultat de recherche d'images pour "la procession dans laquelle il marchait"

https://www.youtube.com/watch?v=KNBzzjHs8vc 

 

 

« A Ladouz

4è janvier 1764 1

Monsieur,

Vous avez écrit trois lettres à M. de Voltaire signées Ladouz à l'hôtel des Asturies rue du Sépulcre . Vous lui dites dans ces trois lettres que vous avez été secrétaire du célèbre Lefranc de Pompignan, que vous n'avez plus le bonheur d'être à lui, et qu'il vous a renvoyé parce qu'il vous soupçonnait d'avoir fourni à M. de Voltaire des mémoires contre lui .

Vous demandiez à M. de Voltaire une attestation qui détruisît cette calomnie, il vous répondit qu'il ne vous connaissait pas, que vous ne le connaissiez pas, et qu'on ne lui avait jamais envoyé d'autres mémoires contre M. Lefranc de Pompignan que ses propres ouvrages . Il me charge, étant vieux et malade, et presque aveugle, de vous répéter la même chose de sa part .

Voici tout ce qu'il connaît de M. Lefranc de Pompignan.

1° D'assez mauvais vers.

2° Son discours à l'Académie 2 dans lequel il insulte tous les gens de lettres .

3° Un mémoire au roi 3 dans lequel il dit à Sa Majesté qu'il a une belle bibliothèque à Pompignan-les-Montauban.

4° La description d'une belle fête qu'il donna dans Pompignan, de la procession dans laquelle il marchait au derrière d'un jeune jésuite, accompagné des bourdons du pays, et d'un grand repas de vingt-six couverts dont il a été parlé dans toute la province 4.

5° Un beau sermon de sa composition 5, dans lequel il dit qu'il est avec les étoiles dans le firmament, tandis que les prédicateurs de Paris, et tous les gens de lettres, sont à ses pieds dans la fange .

Mon maître a appris aussi que M. Lefranc de Pompignan se comparait à Moïse (quoiqu'il soit noyé) et que monsieur son frère l'évêque était Aaron 6; il leur en fait ses compliments .

Il a entendu parler aussi d'une pastorale de monseigneur l'évêque, adressée aux habitants du Puy-en-Velay par Mgr Cortiat secrétaire 7. On lui a mandé que dans cette pastorale il est question d’Aristophane, de Diagoras, du Dictionnaire encyclopédique, de Fontenelle, de La Mothe, de Perrault, de Terrasson, de Boindin, du chancelier Bacon, de Descartes, de Malebranche, de Loke, de Neuton, de Leibnitz, etc., etc.

Nous félicitons messieurs du Puy-en-Velay d’avoir lu les ouvrages de tous ces messieurs . Tel pasteur, telles brebis . Mais mon maître n'entre dans aucune de ces querelles scientifiques . Il cultive la terre avec bien de la peine, et laisse les grands hommes éclairer leur siècle .

Vous lui mandez que Mgr l'évêque d'Alès 8 veut vous prendre pour secrétaire, en cas que vous ayez une attestation en bonne forme que vous n'avez point trahi les secrets de M. Lefranc de Pompignan . Il vous envoie cette attestation, et il se flatte que quand vous serez avec M. d'Alès vous ne ressemblerez pas à M. Cortiat secrétaire .

P.-S. – Je vous demande pardon monsieur . J'oubliais dans les ouvrages de M. Lefranc de Pompignan La Prière du déiste qu'il a traduite de l'anglais 9. »

1 Edition Lettre / du secrétaire / de M. de Voltaire./ 1764, 7 pages qui comporte le post scriptum, absent du manuscrit Wagnière . Quoique Wagnière prétende : « Il est très vrai que, de l'avis de M. de Voltaire, j’écrivis cette lettre en réponse à celle qu'il avait reçue du secrétaire de M. de Pompignan, à qui il ne voulut pas répondre . Je n'avais ni le génie ni l'esprit de mon maître pour faire mieux . »/ , il est certain que cette lettre émane de Voltaire . C'est pourquoi il convient de la présenter ici .

4 Allusion à la « Lettre au sujet de la bénédiction de l'église de Pompignan », de Pompignan en appendice au Discours prononcé dans l'église de Pompignan, le jour de sa bénédiction, de François Philippe de Laurens de Reyrac (Villefranche-de-Rouergue, 1762 ,

voir:https://books.google.fr/books?id=37s5AAAAcAAJ&pg=PA29&lpg=PA29&dq=Lettre+au+sujet+de+la+b%C3%A9n%C3%A9diction+de+l%27%C3%A9glise+de+Pompignan%C2%A0+pompignan&source=bl&ots=yGXAu1W7Pr&sig=AgOdc_xiRKDSTaX8CQwioTPY0Sw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiw6Nywqt_fAhUQtRoKHWS1CPAQ6AEwBHoECAYQAQ#v=onepage&q=Lettre%20au%20sujet%20de%20la%20b%C3%A9n%C3%A9diction%20de%20l'%C3%A9glise%20de%20Pompignan%C2%A0%20pompignan&f=false ).

5 Ce sermon n'est pas de Pompignan ; voir lettre du 9 février 1763 à Mme d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2010/02/09/je-ne-peux-rendre-ni-les-hommes-ni-les-filles-raisonnables.html

6 A nouveau, il ne s'agit pas de propos tenus par Pompignan mais par Dupré de Saint-Maur qui le recevant à l'académie , compara les deux Pompignan à « deux frères , qui furent consacrés l'un comme juge, l'autre comme pontife, pour opérer des miracles dans Israël » ; voir les Discours prononcés dans l'Académie française le lundi 10 mars MDCCLX à la réception de M. Lefranc de Pompignan . Voir : http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-du-marquis-de-pompignan

et : http://www.academie-francaise.fr/reponse-au-discours-de-reception-du-marquis-de-pompignan

9 Lefranc de Pompignan a publié la « Prière universelle, traduite de l'anglais de M. Pope, par l’auteur de la tragédie de Didon et du Discours sur l'intérêt public », 1740, réimprimée en 1760 par Morellet avec un commentaire ironique . Voir aussi : https://books.google.fr/books?id=lEH3Nt34NyIC&pg=PA13&lpg=PA13&dq=Discours+sur+l%27int%C3%A9r%C3%AAt+public+pompignan&source=bl&ots=ulDnLdho1n&sig=-NIwPdQ0kSW0cZsBs1ki6MFFseA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwifzrekr9_fAhUOCxoKHQ3WDzUQ6AEwAnoECAMQAQ#v=onepage&q=Discours%20sur%20l'int%C3%A9r%C3%AAt%20public%20pompignan&f=false

Écrire un commentaire