Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2019

Quoi ! des fanatiques auraient été unis, et des philosophes ne le seraient pas !

... Une preuve s'il en fallait, la rapidité de remplissage de la cagnotte pour Christophe Dettinger,  plus rapide que la collecte du Téléthon .

https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Gilets-jaunes-une...

Je demande alors, -- mais je peux me tromper--, qu'on lance une cagnotte pour tous ceux qui ont, de près ou de loin combattu les forces de l'ordre, et pour répartir le magot qui ne manquera pas d'être amassé tant les Français sont abrutis, je pense être en droit d'exiger des preuves de la part des casseurs : photos, films et bien entendu cartes d'identité à jour , afin que cet argent indûment récolté ne s'égare pas, et aille faire oeuvre utile  ce qui fâcherait cet énergumène de Mélenchon [sic].

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de France .

J'enrage de voir autant d'imbécillité .

 

 

« A Jean-François Marmontel, de

l'Académie française

4è janvier 1764

Mon cher confrère, il y a un endroit de votre beau discours qui m’a bien fait rougir, tout le reste m’a paru très digne de vous, et la fin m’a attendri. Vous donnez un bel exemple aux gens de lettres en rendant les lettres respectables. Je ne désespère point de voir tous les vrais philosophes unis pour se défendre mutuellement, pour combattre le fanatisme, et pour rendre les persécuteurs exécrables au genre humain. Apprenez-leur, mon cher ami, à bien sentir leurs forces. Ils peuvent aisément diriger à la longue tous ceux qui sont nés avec un esprit juste. Ils répandent insensiblement la lumière, et le siècle sera bientôt étonné de se voir éclairé.

Quoi ! des fanatiques auraient été unis, et des philosophes ne le seraient pas ! Votre discours 1, aussi sage que noble, et qui fait entendre plus que vous n’en dites, me persuade que les principaux gens de lettres de Paris se regardent comme des frères. La raison est leur héritage : ils combattront sagement pour leur bien de famille. J’en connais qui ont un très grand zèle, et qui ont fait beaucoup de bien sans éclat.

Vous ne me dites rien sur M. le duc de Praslin et sur M. d’Argental . Croyez-moi, faites-moi l’amitié de m’écrire quelques mots que je puisse leur envoyer afin qu’ils puissent connaître vos sentiments, qui ne se sont jamais démentis.

Si j’avais l’honneur d’être le moins du monde en relation avec M. le prince Louis de Rohan 2, je prendrais la liberté de lui écrire pour le remercier des obligations que vous lui avez, c’est-à-dire que je lui ai. Je vous supplie de lui présenter ma respectueuse reconnaissance.

Que tout ceci soit entre nous ; les profanes ne sont point faits pour les secrets des adeptes. 

V.»

1 Marmontel fut reçu à l'Académie le 22 décembre 1763 .

2 Futur cardinal de Rohan qui sera impliqué dans l'affaire du collier de la reine .

Écrire un commentaire