Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2019

Les progrès de la raison sont lents, les racines des préjugés sont profondes . Je ne verrai pas, sans doute, les fruits de mes efforts ; mais ce seront des semences qui peut-être germeront un jour

... Ceci étant dit, persiste et signe

Emmanuel Macron .

 Résultat de recherche d'images pour "lettre du président de la république"

https://www.linternaute.com/actualite/politique/1445937-l...

 

 

« A Élie Bertrand

8 janvier 1764

Je ne cesserai, mon cher monsieur, de prêcher la tolérance sur les toits, malgré les plaintes de vos prêtres et les clameurs des nôtres, tant qu'on ne cessera pas de persécuter . Les progrès de la raison sont lents, les racines des préjugés sont profondes . Je ne verrai pas, sans doute, les fruits de mes efforts ; mais ce seront des semences qui peut-être germeront un jour .

Vous ne trouvez pas, mon cher ami, que la plaisanterie convienne dans les matières graves . Nous autres Français nous sommes gais ; les Suisses sont plus sérieux . Dans le charmant pays de Vaud, qui inspire la joie, la gravité serait-elle l'effet du gouvernement ? Comptez que rien n'est plus efficace pour écraser la superstition que le ridicule dont on la couvre . Je ne la confonds point avec la religion, mon cher philosophe . Celle-là est l'objet de la sottise et de l'orgueil, celle-ci est dictée par la sagesse et la raison . La première a toujours produit le trouble et la guerre ; la dernière maintient l'union et la paix . Mon ami Jean-Jacques ne veut point de comédie , et vous ne voulez pas être amusé par des plaisanteries innocentes . Malgré votre sérieux, je vous aime bien tendrement .

V. »

Écrire un commentaire