Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2019

Comment un conseiller au parlement peut-il prononcer la chimère de son impôt unique, tandis qu'un autre conseiller devenu contrôleur général est indispensablement obligé de conserver tant d'autres taxes ?

... 1764, 2019 : même combat ! comment faire tourner l'Etat sans impôts ? comment faire plus de social avec moins de revenus ? casse-tête éternel que certains ne comprennent pas et résolvent de manière boiteuse : comme toujours !

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

13è janvier 1764 1

Il faut se résigner,mon cher frère ; si les ennemis de la tolérance l'emportent, curavimus Babilonem, et non est sanata, derelinquamus eam 2 . Il n'y aura jamais qu'un petit nombre de philosophes et de justes sur la terre .

Je vous remercie de L'Antifinancier . L'ouvrage est violent et porte à faux d'un bout à l'autre . Comment un conseiller au parlement peut-il prononcer la chimère de son impôt unique, tandis qu'un autre conseiller devenu contrôleur général est indispensablement obligé de conserver tant d'autres taxes ?

De plus on confond trop souvent dans cet ouvrage, le parlement, cour supérieure à Paris, avec le parlement de la nation qui était les états généraux . Je vois que dans tous les livres nouveaux on parle au hasard . Dieu veuille qu'on ne se conduise pas de même !

Je suis bien aise d’amuser mes frères de quelques notes sur Corneille, en attendant qu’ils aient l'édition . Je voudrais que nos philosophes, les Diderot, les d'Alembert, les Marmontel, vissent ces remarques . Je pense qu'ils seront de mon avis, et j'en appelle au sentiment de mon cher frère .

Je le supplie de vouloir bien envoyer l’incluse à M. Mariette . Il verra par ladite incluse, combien les particuliers sont obligés de demander justice .

Je l'embrasse tendrement, et surtout écr l'inf. »

1 L'édition de Kehl, suivant la copie de Darmstadt mêle une version abrégée de cette lettre avec celle du 18 janvier 1764 .

2 Nous avons soigné Babylone, et elle ne s'est pas guérie ; abandonnons-la ; Jérémie, LI, 9.

Écrire un commentaire