Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2019

vous me rendrez raison si vous pouvez, de toutes les sottises, de toutes les inconséquences, de toutes les contradictions de la Gaule transalpine

... Ceci étant dit par des Italiens qui faute d'être des modèles universels, mais tartuffes patentés, se croient tout permis, y compris soutenir les Gilets jaunes et descendre en flammes le président Macron , au grand dam de l'ambassadeur de France qui doit quitter son palais d'Italie

http://www.leparisien.fr/politique/diplomatie-brouille-sa...

 Résultat de recherche d'images pour "crise diplomatique italie france"

J'entends comme un bruit de botte(s)

 

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche

Ferney 30è janvier 1764 1

Digne magistrat, bienfaisant philosophe, citoyen digne d'un meilleur siècle, belle âme auprès de qui j'aurais voulu raboter la mienne, il ne sera pas dit, assurément, que je sois assez sot pour mourir sans vous avoir vu dans votre paradis de La Marche . Vous y fondez un hôpital 2, voilà tout juste mon affaire , j'y viendrai en qualité d'impotent, si nos vilains vents continuent, et en qualité d'aveugle si ma fluxion sur les yeux ne guérit pas . J'y viendrai sain et sauf, en litière ou en brancard, en bonnet de nuit ou en perruque . Vous éclairerez mon esprit, et cela vaut bien la guérison de mes yeux que vous me faites espérer ; vous me rendrez raison si vous pouvez, de toutes les sottises, de toutes les inconséquences, de toutes les contradictions de la Gaule transalpine, et des pauvres petits royaumes des Bourguignons et des Francs .

Vous me direz quel chemin il faut prendre pour arriver de ma chaumière à votre palais de La Marche . J'envoie le livre de la Tolérance que l'auteur m'ordonne de vous présenter par la voie de M. de Raimond, directeur des postes de la Franche-Comté . Je ne sais pas si c'est la voie la plus sûre et la plus prompte, je hasarde celle-là , parce que vous ne m'en avez pas donné d'autre . Le paquet doit arriver franc ; s'il fait naufrage en chemin on tâchera de prendre une autre route .

J'ai actuellement une grande affaire avec monsieur votre fils . Je ne sais si vous savez qu'il est venu aussi à Ferney . Je suis à peu près dans le cas du roi, j'ai eu affaire à trois parlements du royaume à la fois, je m'en suis tiré jusqu'ici assez heureusement, nous verrons si je réussirai avec le vôtre . Savez-vous bien que mon affaire est très délicate, et que j'ai obtenu du roi une belle lettre dont on n'a pas fait grand cas . Ce monde-ci est plaisant, et moi aussi en vérité . Mon Dieu que j'ai envie de venir philosopher à La Marche ! J'ai trois jours à vivre, que j'en passe un avec vous, et je suis content . Conservez-moi les bontés dont vous m'honorez, et soyez sûr que vous êtes autant aimé que respecté du vieux de la montagne .

V. »

1 D'après l'édition Correspondance inédite .

2 Note du précédent éditeur : « A Mervans, bourg dépendant de la terre de La Marche . Cette fondation a été transférée à Chalons-sur-Saône. »

Écrire un commentaire