Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2019

On craint à présent jusqu'à son ombre, tous les esprits sont en fermentation

... Or, selon le corps médical (enfin, pas tout ), et Mme Buzin, le produit de la fermentation est nocif , même consommé avec modération ( cet accompagnant dont je bois régulièrement la part ) . Voltaire a raison encore, le trouillomètre est au maximum et de nouvelles lois n'y feront rien . Allons, courage !

Résultat de recherche d'images pour "craindre son ombre"

A cor et à cri !

 

 

« A Gabriel Cramer

à Genève

[janvier-février 1764]

Je n’ai point reçu hier la lettre dont monsieur Cramer me parle . S'il a quelques ordres à me donner je suis tout prêt, quoique bien aveugle .

Je reçois dans ce moment la lettre dans laquelle il me demande combien Mme Dupuits a reçu pour le compte du roi . Elle a reçu deux cents louis . Il est bien extraordinaire qu'on veuille avoir les deux cents cinquante exemplaires . Ce n'est pas ainsi que les Anglais en usent quand ils souscrivent . Il arrivera qu'on donnera 249 exemplaires à des amis de la cour, et qu'il y aura environ 150 de ces amis qui vendront leur exemplaire une pistole . Je reconnais là l'esprit français .

Monsieur Cramer doit savoir que M. Jeannel lui ayant demandé , ou à lui ou à monsieur son frère, un exemplaire de la Tolérance pour Mme le duchesse d'Anville , a eu ordre ensuite de le point rendre . Qu'aucun de ceux envoyés à M. de Courteilles n'est parvenu à sa destination, et que M. le duc de Choiseul même ne veut pas qu'on lui en envoie, malgré l'approbation publique qu'il a donnée à cet ouvrage . On craint à présent jusqu'à son ombre, tous les esprits sont en fermentation ; Merlin a été mandé pour la Tolérance par le lieutenant de police ; il paraît qu'il faut attendre quelque temps, et user de la plus grande précaution . »

Écrire un commentaire