Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2019

Je n’ai d’autre spectacle que celui des sottises et des folies de ma chère patrie. Je lui ai bien de l’obligation ; car, sans cela, ma vie serait assez insipide

... Je ne sais si les Kataris sont en colère de voir que leur équipe par intérim -le PSG, pour ceux qui l'ignoreraient encore- vient de se faire piler par les Mancusiens ( dénomination que j'ai découverte hier soir pour les gens de Manchester, seul élément de culture que puisse jamais offrir le foot ). Et leurs millionnaires en short, évidemment tristes de voir s'échapper une coquette prime de match , ont montré ce qu'il ne faut pas faire , c'est toujours ça de pris pour l'histoire du foot .

Une claque pour le PSG hier soir, et, je l'espère, une baffe retentissante pour Barbarin aujourd'hui seront bien complémentaires .

 Résultat de recherche d'images pour "barbarin jugement caricature"

 

 

 

« A Charles-Joseph, prince de Ligne 1

18è février 1764 à Ferney

Monsieur,

Il n’y a  que le bel état où mes yeux sont réduits qui m’ait pu priver du plaisir et de l’honneur de vous répondre. Je suis devenu à peu près aveugle, et je suis dans l’âge où l’on commence à perdre tout, pièce à pièce. Il faut savoir se soumettre aux ordres de la nature ; nous ne sommes pas nés à d’autres conditions. Cela fait un peu de tort à notre théâtre : il n’y a point de rôle pour un vieux malade qui n’y voit goutte, à moins que je ne joue celui de Tirésie. Je n’ai d’autre spectacle que celui des sottises et des folies de ma chère patrie. Je lui ai bien de l’obligation ; car, sans cela, ma vie serait assez insipide. Après avoir tâté un peu de tout, j’ai cru que la vie de patriarche était la meilleure. J’ai soin de mes troupeaux comme ces bonnes gens ; mais, Dieu merci , je ne suis point errant comme eux, et je ne voudrais, pour rien au monde, mener la vie d’Abraham, qui s’en allait, comme un grand nigaud, de Mésopotamie en Palestine, de Palestine en Égypte, de l’Égypte dans l’Arabie-Pétrée, ou à pied ou sur son âne, avec sa jeune et jolie petite femme, noire comme une taupe, âgée de quatre-vingts ans ou environ, et dont tous les rois ne manquaient pas d’être amoureux. J’aime mieux rester dans mon ermitage avec ma nièce et la petite famille que je me suis faite.

Mme Denis a dû vous dire, monsieur, combien votre apparition nous a charmés dans notre retraite ; nous y avons vu des gens de toutes nations, mais personne qui nous ait inspiré tant d’attachement et donné tant de regrets. Daignez encore recevoir les miens, et agréer le respect avec lequel j’ai l’honneur d’être,

monsieur,

votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire .»

Écrire un commentaire