Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2019

si j'avais eu du crédit, j'aurais dit lapidibus istis ut aurum fiant

...

 

« A Élie Bertrand, Premier pasteur de

l’Église française, membre de plusieurs

académies

à Berne

21è février 1764 1

Mon cher philosophe, si j'avais eu du crédit, j'aurais dit lapidibus istis ut aurum fiant 2. Je vous en aurais au moins fait avoir le double ; mais les occasions sont si rares qu'il ne fallait pas manquer celle-là . Je n'ai d'autre cabinet que mes champs, mes prés et mes bois . Le soleil et le coin du feu me paraissent les plus belles espérances du monde .

J'ignore encore pourquoi ma bougie et mes bûches se changent en flammes et pourquoi un épi en produit d'autres ; c'est ce qui fait que je m’amuse à faire des contes de ma mère l'Oye . Ce n'est pas un conte que ma tendre amitié pour vous .

V. »

1 Manuscrit olographe avec mention de Bertrand «  21 février 64 / M. de Voltaire ».

2 Que ces pierres deviennent de l'or ; d'après l’Évangile de Matthieu . Collini a ménagé l'achat par l’Électeur palatin de la collection minéralogique d'Elie Bertrand .

Écrire un commentaire