Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2019

j'aimerais mieux qu'ils eussent mangé autrefois un ou deux petits garçons que de faire brûler tant d'innocents, et de se rendre coupables des massacres des Albigeois, de Mérindol et de Cabrières, de la Saint Barthélémy, et de tant d'autres horreurs

... Toutes les religions, ou plutôt tous leurs adeptes ont du sang sur les mains , qu'ils se présentent comme des messagers de paix et d'amour ou comme des soldats d'un dieu exigeant, fous d'Allah, catholiques intégristes, protestants sectaires, bouddhistes , animistes , tous sont exclusifs, tous sont/ont été violents ; je n'en connais pas d'exception , je serais heureux si on pouvait me prouver le contraire .

 

 

 

« A Paul-Claude Moultou

à Genève

Vraiment, monsieur, je ne savais pas qu'à l'heure de midi etc. on eût laissé 27 volumes au public etc. Les hommes sont bien sots, bien fous, et quelquefois bien fripons . L'erreur que vous avez découverte mérite d'être relevée, et vous pourrez aisément en parler dans la belle histoire des premiers siècles que vous préparez . Le passage d'Athénagoras prouve formellement que les empereurs romains n'avaient point été persécuteurs . Les vrais persécuteurs ont été chez nous . Il fallait que les premiers chrétiens donnassent une bien mauvaise idée d'eux, pour qu'on les accusât d'être anthropophages . Pour moi, je vous avoue que j'aimerais mieux qu'ils eussent mangé autrefois un ou deux petits garçons que de faire brûler tant d'innocents, et de se rendre coupables des massacres des Albigeois, de Mérindol et de Cabrières, de la Saint Barthélémy, et de tant d'autres horreurs . Cette abomination nous est particulière . Il faut que notre religion soit bien vraie, puisqu'on n'a jamais craint de lui nuire en la prêchant ainsi .

Mettez-moi, monsieur, je vous en conjure , aux pieds de Mme la duchesse d'Anville ; je lui suis respectueusement attaché pour le reste de ma vie . Je n'avais pas imaginé que ces rogatons dont vous me parlez pussent l'amuser ; mais puisqu’elle daigne descendre à des bagatelles, on aura l'honneur de lui en envoyer .

Adieu, monsieur, je regarde comme la consolation de ma vie, l'amitié d'un philosophe tel que vous, comptez de ma part sur un attachement égal à ma respectueuse estime .

V.

2è mars 1764. »

Écrire un commentaire