Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2019

Peu de gens sentiront votre mérite, vu le sujet que vous avez traité, et moi je le sens malgré le sujet

... M. Edouard Philippe , ne vous réjouissez pas trop vite, ici je ne transcris que les paroles de Voltaire qui, à l'occasion, et même souvent savait être indulgent et encourageant . Après votre discours d'hier, nous attendons les actes et alors votre mérite sera confirmé ou non . A suivre ...

 

 

« A Claude-Germain Le Clerc de Montmercy 1

Aux Délices , 13 mars 1764

Vous êtes donc, monsieur, comme Raphaël qui s’amusait quelquefois à peindre des fleurs sur des pots de terre . Vraiment je vous suis bien obligé d'avoir orné à ce point mon vieux pot cassé . Vous avez prodigué des vers charmants sur le sujet le plus mince 2, j'en suis aussi honteux que reconnaissant .

J'ai encore à vous remercier d'avoir dit tant de bien de M. de Vauvenargues 3, homme trop peu connu, et bien digne de vos louanges et de vos regrets . C'était un vrai philosophe ; il a vécu en sage, et est mort en héros sans que personne en ait rien su . Je chérirai toujours sa mémoire ; tout ce que vous dites de lui m’attendrit, autant que ce que vous dites de moi me fait rougir .

Je m'étonne qu'avec le talent de faire des vers si faciles, si agréables, si remplis de philosophie et de grâces, vous ne choisissiez pas quelque sujet digne d'être embelli par vous . La nature vous a donné la pensée, le sentiment et l’expression ; il ne vous manque qu'une toile pour y jeter vos belles couleurs . Peu de gens sentiront votre mérite, vu le sujet que vous avez traité, et moi je le sens malgré le sujet . Je m'intéresse à vous indépendamment de la reconnaissance ; je voudrais savoir ce que vous faites, si vous êtes aussi heureux que philosophe, et je suis très fâché d'être à plus de cent lieues de vous ; une santé misérable et une fluxion horrible sur les yeux m'empêchent de vous remercier de ma main, mais elles n'ôtent rien aux sentiments avec lesquels je serai toujours le plus sincèrement du monde, monsieur, votre, etc. »

Écrire un commentaire