Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2019

Vous me ferez un véritable plaisir de l'engager à se conduire avec plus de bienséance

... Est-ce trop demander à tous les malappris et malotrus ? Oui, sans doute . Leur manque de politesse, même la plus élémentaire, est un vice dont ils ne peuvent se passer, imbus qu'ils sont de leurs tristes personnes . Passons .

 

 

 

« A François Tronchin

Ferney, 25 avril [1764]

On dit que la mort de Mme de Pompadour a fait baisser les effets . Si cela est vrai, voilà une belle oraison funêbre . »

 

 

 

« A Gabriel Cramer

à Genève

[vers le 25 avril 1764]

Je vous supplie instamment mon cher Caro de presser votre correspondant de Florence de vous envoyer sans délais tous les ouvrages nouveaux par la voie la plus prompte, et de continuer sans interruption. Il sera d'autant plus empressé à vous servir qu'on le paiera régulièrement tous les trois mois . Vous me mettrez à portée, par la diligence et l’exactitude qu'il aura, de reconnaître les bontés que M. le duc de Praslin a pour moi .

Je vous prie aussi de recommander à ce malheureux Duchesne, de ne point vendre d'exemplaire au-dessous du prix des souscriptions . C'est décrier tout d'un coup le livre, c'est donner aux souscripteurs un juste sujet de se plaindre ; c'est enfin entendre très mal ses intérêts . Je sais qu'il a pour son droit quelques exemplaires, mais pourquoi faut-il qu'il en baisse le prix ? Vous me ferez un véritable plaisir de l'engager à se conduire avec plus de bienséance . Je vous embrasse bien tendrement .

V. »

Écrire un commentaire