Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2019

je paie ma quote-part le premier

... Cette phrase étant évidemment au conditionnel dans la bouche de M. de Rugy, lui qui vient d'être dédouané par l'Assemblée nationale d'avoir offert des repas privés avec les deniers du contribuable . Cette décision ne peut étonner, les députés étant juges et parties, tous capables, un jour ou l'autre , des mêmes dérives de confusion du privé et du professionnel , ils s'absolvent d'avance . Bienvenue dans le monde des privilégiés .

Résultat de recherche d'images pour "quote part de rugy"

Pincé !

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

13 juin 1764, aux Délices

Je serais curieux, mon cher frère, d'avoir un exemplaire du supplément aux Welches 1, et je l'attends de vos bontés . Cromwell a-t-il subjugué les esprits à Paris comme en Angleterre ? a-t-il été un sublime fanatique ? un respectable hypocrite ? un grand homme abominable ? Capsitron 2 l'aurait fait tendrement amoureux de la femme du major général Lambert .

Je vous demande encore mille pardons de toutes les peines que je vous ai données pour le Corneille . J'abuse excessivement de votre amitié .

Permettez que je glisse ce billet dans votre lettre ; cela épargnera la peine d'en écrire deux . Je n'ai pas de temps à perdre , l'infâme m'occupe assez . Je vous supplie d'envoyer le petit billet ci-joint à M. Mariette . Vous pouvez lui dire , ou lui faire dire, que quatre personnes lui en enverront chacune autant, et que je paie ma quote-part le premier 3. Je vous embrasse , mon cher frère . Écr l'inf. »

2 La forme Capsitron pour Campistron est bien attestée ; on la trouve par exemple dans Robert Challe, Journal de voyage aux Indes, Mercure de France, 1979. Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Galbert_de_Campistron

3 Sur le manuscrit, Wagnière a ajouté cette note en bas de page : « M. Mariette ne voulut point recevoir le mandat, et il fut renvoyé à M. de Voltaire. »

Écrire un commentaire