Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2019

Le temps n’est pas trop favorable pour une pièce nouvelle ; mais vous savez que vous êtes les maîtres de tout

... Ou plutôt vous pourriez l'être, si vous aviez un peu plus de coeur, messieurs et mesdames du gouvernement .

Résultat de recherche d'images pour "les maitres du monde"

On n'est pas loin de la vérité : "ils sont du parti des péteurs alors qu'ils n'ont pas de cul "

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

22 juin [1764] 1

Je crois, mes divins anges, toutes réflexions faites, qu’il faut que le roi de Pologne se contente du paquet qui est chez M. de Laleu depuis plus d’un mois, et qu’il fasse comme le roi son gendre et moi chétif ; car s’il prend les 25 exemplaires, il n’en restera plus pour ceux à qui j’en destinais. C’est une négociation que vous pouvez très bien faire avec M. de Hulin, qui est sans doute un ministre conciliant.

Je vous conjure, mes divins anges, de recommander le plus profond secret 2 à messieurs de la Gazette littéraire. Je ne fais pas grand cas des vers de Pétrarque ; c’est le génie le plus fécond du monde dans l’art de dire toujours la même chose ; mais ce n’est pas à moi à renverser de sa niche le saint de l’abbé de Sade.

S’il fait d’aussi grandes chaleurs à Paris que dans ma grande vallée entre les Alpes, la glace de nos roués sera de saison. Le temps n’est pas trop favorable pour une pièce nouvelle ; mais vous savez que vous êtes les maîtres de tout. Je conseille toujours aux acteurs de s’habiller de gaze. L’ex-jésuite qui m’est venu voir, comme vous savez, m’a prié de vous engager à faire une correction importante ; c’est de mettre je me meurs au lieu de je succombe. Je lui ai dit que l’un était aussi plat que l’autre, et que tout cela était très indifférent. C’est au 2è acte, c’est Julie qui parle à Fulvie :

A peine devant vous je puis me reconnaître.

Je me meurs.3

Ce je me meurs est en effet plus supportable que je succombe, et sert mieux la déclamation. De plus, il y a un autre succombe dans la même scène, et il ne faut pas succomber deux fois. L’auteur pourra bien succomber lui-même, mais j’espère qu’on n’en saura rien.

Grandval grasseye-t-il dans la pièce ? À qui donnez-vous Octave ?4

Notez s'il vous plait qu'au troisième acte dans la scène entre Julie et Octave , il y a :

Disposez de la main d'un de maîtres du monde.

Je prie Octave de 5 dire :

Disposez de la foi d'un des maîtres du monde 6.

Voilà deux terribles corrections .

Il m'en vient d'autres encore dans la tête en vous écrivant ; voilà une plaisante lettre : je dicte, je corrige des vers, j'écris quatre lignes, et puis des vers encore . Les gens de mon métier sont drôles .

Tenez donc mes divins anges, voici d'amples changements qui me paraissent fort raisonnables . N'est-il pas vrai que Pompée en arrivant sur le théâtre au troisième acte ne parlait pas assez de Julie ? Il l'a perdue, il la cherche et il ne parle que de Caton et de Cicéron . Ce n'est pas là un véritable amant comme dit Pierre 7. Vous verrez donc comme j'ai rapiéceté ce petit morceau .

Vraiment, mes anges, il faut confier à beaucoup de bavards que je fais Pierre-le-Cruel, et qu’elle sera prête pour le commencement de l’hiver . Rien ne sera plus propre à dérouter les curieux qui parlent des Roués, et qui les attribuent déjà à Helvétius, à Saurin. Il faut les empêcher de venir jusqu’à nous.

Dites-moi un mot, je vous prie, de ces Roués, et recommandez bien au fidèle Lekain d’empêcher qu’on étrique l’étoffe, qu’on ne la coupe, qu’on ne la recouse avec des vers welches . Il en résulte des choses abominables, un Guy Duchesne achète le manuscrit mutilé, écrit à la diable , et on est déshonoré dans la postérité, si postérité y a . Cela dessèche le sang et abrège les jours d’un pauvre homme. Quoi qu’il en soit, je baise le bout de vos ailes avec respect et tendresse.

V. » 

1 Date complétée par d'Argental ; le passage Grandval grasseye-t-il ….. j'ai rapièceté ce petit morceau, biffé sur la copie Beau marchais, manque dans les éditions : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/08/correspondance-annee-1764-partie-21.html

2 Il s’agit de l’article sur les Mémoires pour servir à la vie de Pétrarque. (Georges Avenel.)

4 Grandval ne joua pas dans cette pièce ; le rôle d'Octave fut créé par Lekain .

5 Par un lapsus, V* a oublié ce de dans le manuscrit original .

6 Cette correction fut faite, mais tout le passage fut transformé , Octave , III, 6 .

7 Allusion au rôle de Pauline dans Polyeucte, elle emploie cette expression à la scène 3 de l'acte I.

Écrire un commentaire