Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2019

je ne veux pas croire tout ce qu’on dit

... Ni tout ce qu'on écrit , par exemple ceci que je vous laisse détailler, et où je n'ai appris qu'une chose, les effets et  la recette du space cake ( n'ayant pas de beuh, je vais peut-être l'essayer sur mon chat avec de la cataire ! ): https://news.google.com/topics/CAAqJggKIiBDQkFTRWdvSUwyMH...

P.S. -- Qui de vous croit tout ce que je dis ?

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

7 septembre [1764]

Mes divins anges, je vous crois à présent bien établis dans votre nouvelle maison. Vous vous êtes rapprochés de M. le duc de Praslin, et vous avez très bien fait. J’ai montré vite votre dernière lettre au petit défroqué . Elle ne l’a point effrayé. C'est un ingénu personnage . Je m'étais toujours défié , m'a-t-il dit, de cette Julie qu’on envoyait réciter son office dans sa chambre, et de ce Pompée qui se disait soldat, et de bien d’autres choses sur lesquelles cependant je me faisais illusion. J’étais si rempli de la prétendue beauté de quelques situations et de quelques caractères, que j’étouffais mes remords sur le reste.

Faites choix d’un ami dont la raison vous guide,

Et dont le crayon sûr d’abord aille chercher

L’endroit que l’on sent faible, et qu’on veut se cacher.1

Il m’assure que Pompée ne sera plus soldat . Il voit bien que ce changement en exige d’autres, et qu’il faut raccommoder le bâtiment de manière que l’architecture ne soit point gâtée . Cela demande un peu de soins . Il est près de s’y livrer . Il dit que la destinée de son pauvre drame est de voyager . Il supplie mes anges de le lui renvoyer . Il veut en venir à votre bonheur et au sien . Il proteste qu’il n’omettra rien pour gagner en dernier ressort ce procès qu’il a perdu en première instance . Il aime à plaider quand vous prenez en main sa cause . Il n’en démordra pas, je connais sa tête.

Mes anges, il me paraît que Catherine fournit de grands sujets de tragédie. Un faiseur de drames aurait beaucoup à apprendre chez Catherine et chez Frédéric . Mais je ne veux pas croire tout ce qu’on dit.

Quelque chose qui se passe dans le Nord, renvoyez-nous nos Roués du Midi . Notre jeune homme vous en renverra d’autres c’est sa consolation.

Il est venu quatre-vingts personnes dans sa chaumière avec MM. les ducs de Randan, de La Trémoille, non pas de La Trimouille de Dorothée 2, etc., etc. Madame Denis leur a joué Mérope, leur a donné une fête ; et moi, je me suis mis au lit.

Vous ne m’avez pas seulement parlé du décès de M. d’Argenson, mon contemporain . Vous ne vous souvenez pas que nous l’appelions la chèvre ? Vous ne vous souvenez de rien, pas même du prince Ivan. Cependant je baise le bout de vos ailes.

V.

À qui faut-il que j'adresse mes lettres ? »

1Art poétique, IV, 71-73, de Boileau : http://wattandedison.com/Nicolas_Boileau1.pdf

Écrire un commentaire